/buzz

N'appelez pas le 911 pour une erreur de sandwich, demande la police

Agence QMI

Emergency and urgency, dialing 911 on smartphone screen.

releon8211 - stock.adobe.com

Bien que ça puisse sembler être une évidence, recevoir un sandwich contenant des tomates, même si on avait précisé ne pas en vouloir, n'est pas une raison suffisante pour appeler le 911, a dû se résoudre à expliquer la police régionale de Peel, samedi.

Le corps policier desservant la banlieue ouest de Toronto a mis en ligne sur son compte Twitter, une piste audio au cours de laquelle on peut entendre un homme en ligne avec une répartitrice du 911.

L'homme explique d'abord avoir besoin de l'aide de la police, parce qu'il a été «menacé» par le propriétaire d'un restaurant. «J'ai commandé un sandwich au poulet et j'ai dit au propriétaire que je ne peux pas manger de tomates, parce que je suis allergique», entend-on l'homme expliquer. Or, celui-ci s'est retrouvé avec des tomates dans son sandwich lors de sa dernière visite au restaurant.

«Ça n'a rien à voir avec la police. [...] S'il vous plaît, n'appelez plus le 911 dans le futur pour une erreur de poulet frit, ok?», réplique alors la répartitrice.

«Une meilleure façon de gérer ce cas aurait été de parler avec le gérant ou d'appeler le siège social», a précisé la police régionale de Peel.

Les corps policiers ontariens tentent régulièrement, avec humour, de sensibiliser les citoyens à l'importance d'appeler le 911 uniquement en cas d'une véritable urgence, que l'on pense à un incendie ou à un crime en cours.

D'ailleurs, pas plus tard que mercredi dernier, le corps policier avait partagé une autre anecdote du même acabit.

«Si vous faites face à une fuite de pétrole ou de gaz naturel, c'est une bonne raison d'appeler le 911. [Par contre], si c'est une fuite de gaz "personnelle", il n'y a pas de raison d'appeler le 911. Faites juste ouvrir une fenêtre», avait écrit la police.

«Oui, c'est arrivé», a-t-elle tenu à ajouter, afin de dissiper les doutes sur la véracité de cet appel.