/news/politics

Québec lance son «grand rattrapage» pour la rénovation d’écoles : 2,3 G$ pour 2019-2020

Agence QMI

Le gouvernement Legault a lancé dimanche son opération «grand rattrapage» pour la rénovation d’établissements scolaires en décrépitude, avec un investissement de plus de 2,3 milliards $ pour l'année 2019-2020.

De ce montant, plus du quart – soit environ 625 millions $ – ira à la rénovation d'établissements des cinq commissions scolaires de l’île de Montréal. Là-dessus, près de la moitié ira à la plus importante, la Commission scolaire de Montréal, dont plusieurs établissements ont fait les manchettes dans les dernières années pour leur vétusté.

Par voie de communiqué, le ministère de l’Éducation n’a pas manqué de blâmer les précédents gouvernements pour leur inaction afin de justifier ces importantes enveloppes.

«À force de négliger l'entretien de leurs écoles, les Québécois en sont venus à avoir honte de celles-ci. Pourtant, nos écoles devraient être notre fierté!» a commenté le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Une grosse augmentation de budget

Avec cette annonce, le budget attribué au maintien des bâtiments scolaires a grimpé de plus de 150 % par rapport à l’année dernière, selon les chiffres du ministère de l’Éducation.

Pour Jean-François Roberge, cette somme est nécessaire puisqu’elle contribuera à améliorer le rendement des élèves.

«Au-delà de l'esthétisme, les études le prouvent: les milieux de vie dans lesquels évoluent les élèves ont une incidence directe sur leur motivation scolaire, sur la qualité de leurs apprentissages et sur leur réussite», a déclaré le ministre, qui avait déjà annoncé cet été un investissement de 1,5 milliard $, cette fois pour la construction et l’agrandissement d’école.

«On veut que nos écoles soient les plus belles du monde, autant les nouvelles qu’on va construire que les anciennes. On a de l’ambition pour toutes les écoles», a insisté le ministre Roberge, lors d’une entrevue qu’il a accordée à TVA Nouvelles, dimanche après-midi.

Il a spécifié que certains travaux débuteront dès cet automne, mais que la stratégie du gouvernement pour rénover les écoles déjà existantes allait s’étaler sur trois ans.