/finance/homepage

La Caisse plaide pour un portefeuille neutre en carbone en 2050

Emmanuel Martinez | Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CPDQ) s’est engagée avec des grands investisseurs mondiaux, comme des fonds de retraite et des assureurs, à se doter de portefeuilles neutres en carbone d’ici 2050.

Soutenue par les Nations Unies, cette initiative a été annoncée lundi à New York pour le début du Sommet sur le climat de l’ONU.

«La Net-Zero Alliance démontre que les investisseurs institutionnels ont collectivement un rôle important à jouer pour favoriser la transition énergétique dont le monde a besoin. Pour les investisseurs comme CDPQ, il existe de nombreuses occasions de générer un rendement commercial en investissant dans des solutions sobres en carbone et de travailler avec les sociétés en portefeuille pour décarboniser leurs activités», a affirmé le président de la Caisse, Michael Sabia, par communiqué.

La Caisse fait partie des initiateurs du projet avec Allianz, la Caisse des Dépôts et Consignations, Folksam Group, PensionDanmark et Swiss Re. Alecta, AMF Pension, CalPERS, Nordea Life and Pension, Storebrand et Zurich Insurance Group se sont ensuite joints au mouvement. Au total, ces groupes gèrent des actifs évalués à environ 2 400 milliards de dollars américains.

Ces partenaires se sont engagés à faire pression sur les entreprises dans lesquelles elles investissent afin qu’elles décarbonisent leurs activités.

«Les actions des investisseurs, combinées à l’évolution nécessaire des politiques publiques, induiront de réels changements dans tous les secteurs», a ajouté M. Sabia.

Ce projet vise à favoriser les engagements pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat afin de limiter à 1,5 degré Celsius le réchauffement de la planète.

L’ONU a salué cette initiative et invite d’autres organisations à adhérer à la Net-Zero Alliance.

«Leur engagement envoie un signal fort. Il montre que les marchés financiers et les investisseurs sont à l’écoute de la science et nous mettent sur la voie de la résilience et de la durabilité. », a affirmé Inger Andersen, Directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement, par communiqué.