/regional/quebec/quebec

Michelle Obama charme Québec lors de son passage au Centre Vidéotron

Stéphanie Martin | Journal de Québec

Michelle Obama a lancé un message aux jeunes hommes et femmes qui sont venus l’écouter, lundi, au Centre Vidéotron : le pouvoir est entre leurs mains, et leur voix compte.

«Nous avons besoin que les jeunes sentent qu’ils ont le pouvoir de tout faire», a lancé Mme Obama, insistant sur le fait qu’elle veut donner une voix à ces jeunes de partout, qui parfois doutent d’être entendus.

Celle qui provient d’une famille modeste de Chicago et qui a marqué les esprits lors de son passage engagé à la Maison-Blanche, sous le règne de son mari, Barack Obama, était en ville lundi pour une conférence donnée au Centre Vidéotron.

Devant une salle comble de 8000 personnes, autant des hommes que des femmes, l’ex-première dame des États-Unis a abordé ses thèmes fétiches : l’émancipation des femmes, la politique, la famille, la prise de risques.

Mme Obama fait la promotion de son autobiographie Becoming (Devenir, en français), qui s’est vendue à plus de 13 millions d’exemplaires.

Devant une salle conquise, elle a parlé avec humour de son parcours pendant un peu plus d’une heure. La femme d’affaires Christiane Germain avait le mandat de mener la conversation.

Vaincre ses peurs

Michelle Obama a insisté sur les difficultés que vivent les jeunes et surtout les femmes qui cherchent leur voie. Elle les a encouragés à croire en leurs possibilités. «Ne laissez jamais les peurs se mettre en travers de votre route.»

«Pour la première fois dans ma vie, à 55 ans, je me sens complètement à l’aise avec qui je suis. Ça prend du temps aux femmes. Je dis aux jeunes qu’il est normal d’avoir des doutes.»

Le public a été conquis par ses anecdotes liées à sa vie à la Maison-Blanche, elle qui avait à peine réalisé à quel point sa vie allait changer quand son mari a été élu président.

Comme le fait que les parents des amis de ses filles devaient accueillir des gardes de sécurité lors d’une simple fête ou que la délégation de voitures présidentielles intimidait à ce point ses filles que celles-ci préféraient que leur père ne vienne pas aux rencontres scolaires.

Michelle Obama s’est ouverte aussi sur les moments les plus difficiles, comme ces trop nombreuses fois où elle a dû réconforter des parents qui avaient perdu un enfant lors d’une fusillade ou à la guerre.

Pas un mot sur le successeur de son mari, Donald Trump, à part une allusion cynique au fait que ses frasques auraient été considérées par le public comme absolument inacceptables si elles avaient été commises par Barack Obama.

Problèmes de traduction

La soirée a été quelque peu entachée par un problème lié à la traduction.

Alors que la Chambre de commerce avait annoncé que celle-ci se ferait en simultané sur grand écran, les spectateurs se sont rendu compte sur place qu’ils devaient se procurer une oreillette.

Avec pour résultat que plusieurs ont dû se lever pendant la conférence et se déplacer pour la récupérer, alors que d’autres ont reçu des appareils qui ne fonctionnaient pas.

Ce qu'elle a dit sur...

Le contrôle des armes à feu

«Il n’y a rien de plus frustrant que de réconforter une mère qui a perdu un enfant et de ne pas avoir de réponse et de ne pas pouvoir dire que ça n’arrivera plus. On n’avait pas le soutien du Congrès. C’était les temps les plus sombres pour moi.»

Son message aux hommes

«Le milieu dans lequel vous travaillez se prépare pour la petite fille que vous élevez à la maison. S’il y a de l’iniquité, de l’abus, du non-respect, ne pensez pas que cet endroit changera parce que votre fille se pointera dans ce milieu. Nous avons besoin de vous pour vous battre pour nous.»

La prise de risque

«Tout ce qui m’est arrivé d’extraordinaire est arrivé parce que j’ai quitté quelque chose de confortable et que je suis sortie de ma zone de confort.»

Donald Trump

«Nous n’avions aucun droit à l’erreur. Imaginez si Barack Obama avait fait une seule des choses qui ont été faites au cours des dernières années...»