/finance/homepage

Sept millions $ pour retenir les travailleurs retraités

Agence QMI

Adobe Stockphoto

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a annoncé lundi une autre série de mesures pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre, dont un programme pour l’embauche et la rétention des travailleurs retraités.

Les employeurs pourront ainsi recevoir 50% du salaire de ces travailleurs en subvention sur une période de 52 semaines. Le montant remis ne devra toutefois pas dépasser le salaire minimum qui est de 12,50 $ de l’heure. Québec consacrera 7 millions $ sur cinq ans pour ce faire.

Le ministre a aussi annoncé qu’il affectait 22 nouveaux conseillers aux entreprises chez Services Québec pour porter leur nombre à 242.

De nouvelles mesures visant à s’attaquer aux faibles compétences en écriture et en calcul des Québécois doivent aussi être annoncées sous peu, a-t-on précisé au cabinet du ministre Boulet. Environ 53 % des Québécois présentent un faible niveau de littératie, soit la capacité à lire et à comprendre un texte, rappelle-t-on.

«Il est primordial que nos travailleuses et nos travailleurs puissent acquérir des compétences pour répondre encore mieux aux nouvelles réalités du marché du travail et pour augmenter la productivité de nos entreprises», a déclaré M. Boulet, par voie de communiqué.

La Fédération canadienne de la petite et de la moyenne entreprise s’est réjouie de ce dernier volet. «Trois postes sur quatre à pouvoir actuellement requièrent un faible niveau de scolarité et peu d’expérience », a toutefois indiqué le conseiller aux affaires économiques et gouvernementales à la FCEI, Gopinath Jeyabalaratnam.

Le Conseil du patronat a aussi salué les mesures annoncées par le ministre Boulet tout en précisant que les subventions salariales pour retenir les travailleurs plus âgés n’étaient pas suffisantes.

«L’employeur doit aussi être accompagné pour la mise en place de conditions de travail adaptées à cette main-d’œuvre», a déclaré son président, Yves-Thomas Dorval, par voie de communiqué.