/regional/troisrivieres/mauricie

La DPJ en Mauricie enregistre plus de plaintes que la moyenne au Québec

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Trois mois après avoir été sévèrement blâmée par la Commission des droits de la personne, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) Mauricie-Centre-du-Québec dévoilait mercredi matin son bilan de la dernière année.

Un peu plus de 8000 plaintes ont été reçues par l’organisation, comparativement à près de 7485 en 2017-2018 et 7233 en 2016-2017. C'est davantage que la moyenne provinciale.

«Ça s’explique par l'indice de défavorisation, la pauvreté et davantage de mères monoparentales», a indiqué Robert Levasseur, directeur de la DPJ Mauricie-Centre-du-Québec.

Il aura toute une pente à remonter. En juin dernier, un rapport accablant de la Commission des droits de la personne relevait des lacunes majeures au sein de la DPJ Mauricie-Centre-du-Québec. Quelque 64 recommandations étaient émises, dont 35 doivent être mises en application d'ici la fin du mois. Beaucoup de travail a été fait, mais tout n'est pas encore réglé.

Cette année, 3366 cas ont été retenus, soit une hausse de 12,6 % par rapport à l'année précédente. Dans 40 % des cas, c'est la négligence et le risque de négligence qui sont en cause. Les sévices arrivent en deuxième place à 26 %.