/news/law

Sherbrooke: la gardienne en état d’ébriété devant le juge

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Marisol Douillard, qui jusqu’à tout récemment était propriétaire de la garderie Marie Chocolat, avait rendez-vous en cour mercredi matin au palais de justice de Sherbrooke.

Il y a quelques semaines, les policiers sont débarqués à son service de garde non subventionné, rue Belvédère Sud, après avoir été alertés par des parents inquiets par son comportement. À l'intérieur, les agents ont retrouvé trois enfants âgés de moins de 2 ans laissés sans surveillance.

En poursuivant leurs recherches, les agents ont découvert, dans un logement à l'étage, la femme de 45 ans, en état d'ébriété. Elle était entourée de canettes de bière vides et d'un quatrième enfant dans une chambre à coucher.

En raison d'informations voulant qu'elle songe à rouvrir un nouveau service de garde, la procureure aux poursuites criminelles a demandé mercredi qu'un juge émette une ordonnance en vertu de l'article 810.2 du Code criminel.

Elle dit avoir raison de craindre que la dame commette, à l'endroit d'une ou de personnes, des sévices graves, et ce, même si aucune accusation criminelle n'a encore été déposée contre elle.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) voudrait qu'elle s'engage, par écrit, à ne pas occuper d'emploi qui la placerait en relation de confiance avec des mineurs âgés de moins de 16 ans.

«J'ai fermé mon service de garde. Je n'ai pas l'intention de le rouvrir. Je veux tourner la page», a mentionné Marisol Douillard, qui a par la suite fait appel aux services d'un avocat avant de décider si elle contestera la demande d'ordonnance.

Vérifications faîtes mercredi, les clôtures du parc d'enfants derrière sa garderie ont été démantelées. Il ne reste pratiquement plus un jouet d'enfant sur le terrain.

L'enquête policière en lien avec les événements du 12 septembre dernier se poursuit. Aucune décision n'a été prise à savoir si l'ex-gardienne sera accusée ou non d'abandon d'enfants. Sa comparution en chambre criminelle est prévue le 3 décembre prochain. Un complément d'enquête pourrait être demandé aux policiers.

Entre-temps, Marisol Douillard doit revenir devant le tribunal le 4 octobre prochain pour prendre position dans la demande d'ordonnance.

Dans la même catégorie