/news/tele

Anick Lemay redonne aux femmes atteintes de cancer

Yan Lauzon | Agence QMI

STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Frappée par l’annonce du diagnostic d’un cancer du sein en 2018 puis solidement impliquée dans son combat contre la maladie, la comédienne Anick Lemay a décidé de donner au suivant en réalisant son premier documentaire, «Mont Tétons».

Émouvant, enrichissant et lumineux sont trois mots qui décrivent bien l’œuvre de quelque 45 minutes qui prendra l’affiche à MOI ET CIE ce lundi. Avec compassion, doigté et présence bienveillante, l’artiste a concocté ce qu’on pourrait appeler un petit guide de survie pour celles qui ont reçu la terrible nouvelle et leur entourage.

Elle suit donc cinq femmes généreuses, âgées de 40 à 74 ans, à différents stades de leur parcours en milieu hospitalier, soit le diagnostic, la chimiothérapie, la mastectomie, la radiothérapie et la reconstruction. Tout au long des cheminements personnels, elle livre un franc message d’espoir.

Pour Anick Lemay, il n’était pas question d’aller plus loin dans l’intrusion de la maladie. «Je ne suis pas allée dans la statistique de mortalité, explique-t-elle. J’ai essayé de faire ça lumineux alors on s’est arrêté au stade 3, juste avant le stade en cancérologie où il n’y a plus rien à faire à part une chimio qui va t’étirer et qui va te donner une meilleure qualité de vie jusqu’à ce que tu en meurs.»

Implication immédiate

En choisissant d’accompagner cinq femmes dans leur bataille face au cancer, l’idéatrice et réalisatrice permet aux spectateurs une véritable incursion dans un monde qui fait peur.

Tout naturellement, elle s’adresse au public en choisissant le «tu», créant un contact immédiat.

«Parce que l’inconnu fait plus peur que l’inconnu lui-même, je vais essayer de démystifier ce qui t’arrive. Je te mentirais si je te disais que ça va être facile, mais je te promets que c’est moins pire que tu t’imagines», dit-elle au début de son documentaire, avec une voix qui se fait rassurante.

La présence d’Anick Lemay est la bienvenue et apporte un baume évident aux cinq patientes. Tout au long des rencontres avec ces dernières, elle livre des messages positifs, parlant entre autres de libération quand il est question d’opération ou encore de respect du déni.

Faire œuvre utile

Si on se fie aux statistiques alarmantes déposées sur le site de la Fondation du cancer du sein du Québec, environ 6000 femmes seront touchées par cette maladie cette année. Selon les prévisions, une femme sur huit développera ce type de cancer durant sa vie, et une femme atteinte sur 30 en mourra.

Quand on prend conscience de ces chiffres, le «Mont Tétons» d’Anick Lemay a encore plus de poids.

«Évidemment, c’est inquiétant. En parler, c’est une aussi une façon de faire de la prévention, a confié Suzane Landry, directrice principale chaînes et programmation chez Groupe TVA. Et si on fait de la prévention, on va peut-être réussir à déjouer ces statistiques, car quand on arrive à avoir un dépistage précoce, ça améliore les chances de survie. Juste pour cette raison, c’est hyper important d’en parler.»

Le généreux documentaire «Mont Tétons» sera diffusé lundi sur MOI ET CIE. Des rediffusions sont prévues le 6 octobre, à 10 h et à 18 h 30.