/news/society

Les municipalités ont besoin de 5,3 G$ par année pour s'adapter aux changements climatiques

Agence QMI

Il est urgent d’investir pour s’adapter aux changements climatiques, ont affirmé jeudi la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et le Bureau d’assurance du Canada (BAC) dans un nouveau rapport.

Selon ces organisations, 5,3 milliards $ sont nécessaires chaque année à l’échelle municipale pour éviter les pires impacts des changements climatiques.

«La protection des Canadiens exige d’abord des mesures à l’échelle locale, et cela ne peut plus attendre. Chaque dollar investi aujourd’hui pour renforcer la résilience locale nous en fera économiser six plus tard», a déclaré le président de la FCM, Bill Karsten, par communiqué.

Le rapport montre que les bâtiments, les digues et les routes sont les infrastructures qui doivent être le plus rapidement renforcées. L’adaptation est plus prononcée dans l’est et le nord du Canada, «car ce sont les régions les plus menacées par les inondations, l’érosion et la fonte du pergélisol», selon la FCM et le BAC.

Ces deux organisations demandent donc que le fédéral ajoute 2 milliards $ au Fonds d’atténuation et d’adaptation en matière de catastrophes jusqu’en 2023-2024 pour permettre à des chantiers de se mettre en branle rapidement.

Ils veulent aussi qu’au moins 1 milliard $ soit versé annuellement durant 20 ans pour d’autres initiatives visant à combattre les effets des changements climatiques.

«Nos collectivités ressentent les impacts dévastateurs des changements climatiques alors que les coûts financiers et émotionnels continuent d’augmenter, a précisé le président et chef de la direction du BAC, Don Forgeron. Les Canadiens s’attendent à ce que tous les ordres de gouvernement fassent preuve de leadership, et l’augmentation du financement pour les infrastructures qui nous protègent des ravages des conditions climatiques extrêmes est une démonstration de ce leadership.»