/news/techno

Revenus d’Airbnb: 150 millions $ quittent le Canada

Ulysse Bergeron | Agence QMI

Chaque année des millions de dollars qu’Airbnb tire de ses locations au Canada prennent le chemin des États-Unis et peut-être même de l’Irlande, permettant ainsi à la multinationale de réduire les sommes payées en impôt au pays.

Selon les estimations de l’Agence QMI, Airbnb a réalisé des revenus avoisinant 150 millions $ l’an dernier au Canada.

Cette somme provient des commissions perçues sur les locations effectuées par l’intermédiaire de son site.

Le chiffre est calculé en appliquant le taux de commission - 3 % réglé par l’hôte et environ 10 % payé par les voyageurs - que prélève Airbnb sur l’argent versé pour les locations depuis le site, dont le total a atteint 1,2 milliard $ en 2018 au Canada, une information divulguée par Airbnb.

Selon nos constatations, les montants des transactions dont les revenus de commission sont perçus par Airbnb Payments.

Le nom de cette société enregistrée dans l’État américain du Delaware apparaît lorsqu’on effectue une location sur la plateforme.

Interrogée à ce sujet, la direction de l’entreprise n’a pas voulu dire si une partie de ses revenus était ensuite transférée à son principal actionnaire, une filiale irlandaise de la multinationale.

Au Canada, le géant américain est enregistré uniquement comme compagnie au Nouveau-Brunswick, sous le nom d’«Airbnb Canada», à titre de «service marketing pour le groupe Airbnb».

Airbnb est reconnu, comme d’autres joueurs importants du numérique, pour l’opacité de sa structure et son recours à des systèmes fiscaux favorables.

C’est ainsi que l’État du Delaware offre un taux d’imposition presque nul alors que l’impôt sur les sociétés en Irlande est de 12,5 %.

L’Irlande offre même la possibilité aux sociétés technologiques comme Airbnb d’abaisser à 6,25% l’impôt sur les revenus générés en recherche et développement.

Au Canada, le taux d’imposition des entreprises gravite plutôt autour de 25 %.

La structure fiscale des multinationales du numérique «est très opaque et cela rend pratiquement impossible le suivi des transactions et l’identification précise des montants en cause et des entités impliquées dans les opérations», explique Lyne Latulippe, chercheure principale à la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke.

Dans le régime fiscal international actuel, «il est possible pour les multinationales, particulièrement celles de l’économie numérique, de tirer parti de ces stratégies fiscales en toute légalité», précise la spécialiste.

«Nous suivons les règles»

«Nous suivons les règles et payons toutes les taxes que nous devons dans les endroits où nous avons des activités», assure pour sa part Alexandra Dagg, directrice des politiques publiques d’Airbnb Canada.

Elle ne précise toutefois pas quels sont les revenus de locations de la plateforme au pays ni quelle filiale les perçoit.

La stratégie fiscale d’Airbnb est de plus en plus contestée en Europe.

Des médias français rapportaient au début du mois que la plateforme devait payer 150 000 euros d'impôts en France pour 2018, sur un chiffre d'affaires proche de dix millions d'euros.

Les revenus déclarés dans l’Hexagone ne comptabilisaient toutefois pas ceux qui proviennent de la location de logements, sa principale activité.

Ces sommes sont plutôt engrangées par une filiale irlandaise.

L’Empreinte d’Airbnb au Canada

- Les revenus des hôtes au Canada s’élevaient à 1,2 milliard $ en 2018

- Les revenus des hôtes au Québec s’élevaient à 259 millions $ en 2018

- Près de la moitié des hôtes d’Airbnb se trouvent dans les régions métropolitaines de Toronto, Montréal et Vancouver

- À Montréal, 1 % des hôtes accaparent plus de 30 % des revenus générés par les activités de location.

- À cause de la fréquence de location, 31 000 appartements locatifs auraient été retirés du marché au Canada.