/regional/montreal/montreal

Une manif jamais vue au Québec

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

La manifestation monstre qui se déroulera aujourd’hui tient du jamais-vu au Québec et s’annonce comme le point culminant de plusieurs mois de conscientisation environnementale, s’entendent pour dire des experts.

« C’est une mobilisation historique ! lance avec enthousiasme Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace Canada, à propos de cette manifestation unique et tant attendue. Il y aura un avant et un après 27 septembre. » 

Les rues de Montréal et d’une cinquantaine de villes de la province vibreront aujourd’hui au rythme des quelque 300 000 manifestants qui les envahiront.  

« Il va y avoir du monde partout dans les rues du Québec ! Le mouvement est unique. Il implique toutes les générations et toutes les ethnies. Des travailleurs, des élèves et des politiciens marcheront », avance Louis Couillard, du mouvement étudiant La planète s’invite à l’université.  

Ses collègues et lui ne cachent pas être étonnés par l’ampleur de la foule anticipée.  

Car s’il est vrai que de grands rassemblements ont frappé l’imaginaire québécois par le passé, jamais l’environnement – et peut-être même tous les enjeux confondus – n’aura déplacé des gens comme il doit le faire aujourd’hui, estiment des spécialistes.  

La province se réveille  

Ces manifestants scanderont haut et fort aux dirigeants mondiaux qu’il y a « urgence d’agir » face à la crise planétaire dénoncée par les scientifiques.  

Cette motivation soudaine et plus accrue des Québécois serait d’ailleurs expliquée par de récents rapports « dévastateurs », croit Diego Creimer, de la Fondation Suzuki.  

« Tout le monde se réveille au Québec », poursuit Patrick Bonin, qui a bon espoir que la vague ne s’arrêtera pas après ce moment historique.  

Le professeur Alexandre Gajevic Sayegh de l’Université Laval ne se souvient pas non plus avoir vu un tel engouement pour la question climatique au Québec. Et c’est tant mieux, dit-il.  

« Montréal a déjà eu de grandes marches pour le climat. [...] Par contre, j’ai l’anticipation que vendredi [aujourd’hui], ce sera plus grand que ce qu’on n’a jamais vu », lance le spécialiste des questions environnementales et climatiques.  

Ce n’est pas pour rien que l’activiste Greta Thunberg a choisi Montréal pour venir manifester, croit M. Bonin.  

« Elle doit avoir remarqué ce qui se passe ici. »  

Cette Suédoise de 16 ans, qui doit prononcer un discours vers 17 h, s’est fait connaître il y a près d’un an pour ses convictions fortes et son militantisme contre le réchauffement climatique.  

Elle avait entre autres lancé le mouvement de la « grève scolaire pour le climat », qui a été repris un peu partout sur la planète. De nombreuses écoles seront d’ailleurs fermées aujourd’hui pour l’occasion.  

Avec Pierre-Paul Biron, Le Journal de Québec

Rassemblements marquants à Montréal  

« Vive le Québec libre ! » (15 000 personnes)

Photo d'archives

 

La venue du président français Charles de Gaulle, qui avait lancé la phrase historique « Vive le Québec libre ! » du haut du balcon de l’hôtel de ville, avait attiré une foule de 15 000 personnes le 24 juillet 1967.   

Contre la guerre en Irak (150 000 manifestants)

Photo d'archives

Quelque 150 000 manifestants ont sorti tuques et mitaines pour braver les -26 degrés Celsius au mercure lors de la protestation contre la guerre en Irak, tenue le 15 février 2003.  

Love-in Montréal (Dizaines de milliers de Canadiens)

Photo d'archives

Des dizaines de milliers de Canadiens se sont rassemblés le 27 octobre 1995 à Montréal pour montrer leur amour aux Québécois et éviter que la province ne se sépare du pays lors du référendum sur la souveraineté.  

Émeutes de la Coupe Stanley (150 000 partisans)

Photo d'archives

Des émeutes avaient éclaté dans les rues de Montréal à la suite du triomphe en finale de la Coupe Stanley du Canadien. Plus de 150 000 amateurs avaient défilé dans les rues le 9 juin 1993. La violence et le saccage causés par le rassemblement ont marqué les esprits. 

Printemps érable (200 000 étudiants)

Photo d'archives

Le plus gros rassemblement dans la foulée du printemps érable a eu lieu le 22 mars 2012. Environ 200 000 étudiants se sont réunis à Montréal afin de protester contre la hausse des frais de scolarité imposée par le gouvernement de Jean Charest.