/news/elections

Courtier d’assurance : les libéraux demandent une enquête sur Andrew Scheer

Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Les libéraux demandent aux organismes qui régissent la vente d’assurance en Saskatchewan d’enquêter sur le chef conservateur, Andrew Scheer, qui dit avoir été courtier d’assurance avant de faire le saut en politique, mais dont les qualifications pour exercer ce métier sont aujourd’hui remises en question.

«Andrew Scheer semble avoir publiquement et de manière répétée avoir faussement déclaré aux Canadiens qu’il a déjà été courtier d’assurance en Saskatchewan», a écrit le député libéral Marco Mendicino, dans une lettre envoyée notamment au président du Conseil d’assurances de la Saskatchewan.

Les libéraux réagissaient ainsi au reportage paru samedi dans le «Globe and Mail» qui indiquait qu’Andrew Scheer n’a jamais eu le permis obligatoire pour être courtier immobilier dans cette province.

Sur la défensive, le chef conservateur avait réitéré samedi qu’il était courtier d’assurance avant de devenir député en 2004.

«J’ai bel et bien reçu mon accréditation dans le cadre du programme de l’Association des courtiers d’assurance du Canada (CAIB), je suis parti avant que le processus d’obtention de la licence soit finalisé», avait-il déclaré.

Rejoint par l’Agence QMI à la suite de ces allégations, le président-directeur général de l’Insurance Brokers Association of Saskatchewan avait précisé qu’il est possible de travailleur comme courtier d’assurance sans être courtier agréé, mais que la fonction de travail est alors limitée. Les gens peuvent avoir une désignation CAIB, comme l’affirme M. Scheer, sans avoir toutefois de licence.

Vraisemblablement, ces explications n’ont pas satisfait les libéraux.

«La Saskatchewan Insurance Act énonce clairement qu’un courtier d’assurance doit avoir un permis et que de se présenter faussement comme courtier agréé est une grave infraction pouvant entraîner de lourdes sanctions», peut-on lire dans la lettre écrite dimanche par Marco Mendicino, qui sollicite un second mandat dans Eglinton-Lawrence, en Ontario.