/news/elections

Les libéraux maintiennent leur pari d'investir dans la classe moyenne au coût de lourds déficits

Émilie Bergeron

 - Agence QMI

Un gouvernement libéral réélu assumerait pleinement la tangente déjà prise en creusant le déficit avec une foule de nouvelles dépenses ciblant, encore une fois, les familles de la classe moyenne.

Les troupes de Justin Trudeau prévoient un déficit budgétaire de 27 milliards $ dans une première année. On compte ensuite arriver à des déficits légèrement plus bas, avec 23 milliards $ en 2022-2023 et environ 21 milliards $ pour chacune des deux dernières années de mandat.

«Nous allons rendre votre vie plus abordable, rendre nos rues plus sécuritaires et lutter contre les changements climatiques», a dit le premier ministre sortant en dévoilant la plateforme de son parti, dimanche, à Mississauga, en Ontario.

Les libéraux insistent une fois de plus sur leur intention de continuer à réduire le ratio entre la dette et le PIB. Selon les projections avancées, ce dernier oscillerait entre 30 % et 31 % dans un éventuel second mandat.

Les GAFAM dans la mire libérale

On estime pouvoir financer des promesses, comme celle d’investir 350 millions $ dans la lutte aux crimes commis avec des armes à feu, avec de nouveaux revenus générés par une lutte intensifiée contre l’évitement fiscal et par la mise au pas des géants du web, notamment.

On anticipe pouvoir aller chercher 1,7 milliard $ en nouveaux revenus dès 2020-2021 en resserrant les règles pour les entreprises qui profitent d’échappatoires fiscaux.

L’équipe Trudeau estime par ailleurs pouvoir profiter de recettes de 540 millions $ dans une première année de mandat en puisant dans les poches d’entreprises étrangères du numérique comme Google et Amazon. Or, la plateforme libérale ne donne pas de réponse définitive sur comment on entend forcer ces géants du web à payer leur juste part.

«Dans l’attente d’un consensus au niveau de l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] sur un mécanisme différent, nous créerons un impôt de 3 % sur les recettes générées par la vente de publicité en ligne et les données des utilisateurs par les sociétés dont les recettes globales sont d’au moins un milliard de dollars par année et les recettes canadiennes d’au moins 40 milliards de dollars», peut-on lire dans les documents fournis dimanche.

Éducation et salaire minimum

Entre autres promesses, les libéraux proposent d’injecter 2,9 milliards $ dans des mesures pour rendre les études postsecondaires plus abordables. On propose, entre autres, d’étendre la «période de grâce » dont bénéficient les nouveaux diplômés universitaires avant d’avoir à commencer à payer des intérêts sur leur dette étudiante de six mois à deux ans.

On promet en outre un salaire minimum de 15 $ de l'heure pour les employés sous juridiction fédérale et une meilleure protection des données personnelles des Canadiens.

Dans la même catégorie