/news/elections

Plan libéral: «ridicule et irresponsable», tonnent les conservateurs

Agence QMI

La plateforme libérale présentée dimanche, qui prévoit 92 milliards $ en déficit pour les quatre prochaines années, a été pourfendue par les autres partis.

Particulièrement incisif, le Parti conservateur a parlé d'une «plateforme pleine de promesses ridicules» pour qualifier le plan de match présenté par Justin Trudeau à Mississauga, en Ontario.

«Il agit comme quelqu'un de complètement irresponsable en tentant de jouer avec les chiffres. [...] Les libéraux n'ont aucun sens de la responsabilité», a renchéri le député conservateur sortant Pierre Paul-Hus, en entrevue à LCN dimanche après-midi.

La plateforme libérale prévoit un déficit de 27 milliards $ lors de la première année d'un gouvernement libéral, puis des déficits successifs de 23, 21 et 21 milliards $. Ces dépenses serviraient à financer une foule de mesures dédiées à la classe moyenne, mais n'empêcheraient pas le ratio entre la dette et le PIB du Canada de se rétrécir, a fait valoir le Parti libéral.

Pour sa part, les conservateurs proposent un retour à l'équilibre budgétaire d'ici 5 ans, et ce, sans coupes dans les services. «Depuis le début de la campagne, M. Scheer a été clair là-dessus. Tout ce qui est services pour les citoyens, on va maintenir les services», a assuré M. Paul-Hus.

«Ce qui est important pour nous, c'est de voir à ce que le citoyen en ait pour son argent [...] que les plus faibles de la société soient bien protégés, que nos programmes en services sociaux soient là», a-t-il poursuivi.

Le conservateur a aussi dénoncé que les déficits surviennent en période de prospérité économique, ne laissant guère de marge de manœuvre dans l'éventualité d'une récession.

Pour sa part, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a accusé les libéraux de laisser tomber les Canadiens.

«La plateforme libérale laisse tomber les Canadiens qui s'attendaient à plus : les libéraux font des promesses, les brisent, puis en font des nouvelles», a tweeté M. Singh.

Rappelons qu'en 2015, Justin Trudeau s'était engagé à équilibrer le budget lors de la dernière année de son mandat. Or, le dernier budget présenté en mars dernier prévoit un déficit d'environ 20 milliards $.

Les fiscalistes moins critiques

Des analystes se sont toutefois montrés beaucoup moins critiques vis-à-vis des propositions libérales.

Ainsi, le directeur de l'organisme Canadiens pour une fiscalité équitable, Toby Sanger, s'est réjoui de constater que les libéraux veulent imposer les géants du numérique (GAFAM), en faisant valoir que le plan du premier ministre sortant ressemble à celui de la France.

«C'est bien de voir qu'ils comptent enfin agir là-dessus. Il était temps, bien que nous aurons besoin de bien plus pour s'assurer que les multinationales paient leur juste part», a commenté Toby Sanger à l'aide de son compte Twitter.

Pour sa part, l'Institut des finances publiques et de la démocratie de l'Université d'Ottawa a jugé «bonne» la plateforme libérale en matière de responsabilité fiscale et de transparence, et «passable» sur le plan de la crédibilité des projections économiques.

Dans la même catégorie