/regional/sherbrooke/centreduquebec

Un projet de 1,3 milliard $ abandonné à Bécancour

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Montréal

Les promoteurs derrière la construction d'une usine intégrée d'urée et de méthanol dans le parc industriel de Bécancour abandonnent leur projet de 1,3 milliard $.

C’est par voie de communiqué que la direction a annoncé la nouvelle, lundi en fin de journée. L’usine devait être érigée sur l'ancien site du groupe Norsk Hydro.

L’an dernier, les promoteurs avaient bon espoir de démarrer la construction du site en 2020. Le début des opérations était prévu pour 2022. Environ 200 emplois devaient être créés au cours des prochaines années.

La direction explique avoir fait ce choix afin de protéger les investissements de ses partenaires, entre autres, de l'argent public et celui des coopératives agricoles.

Étant incapables notamment d’obtenir un prix fixe pour la construction des installations, les investisseurs ont préféré mettre un terme à l’aventure.

«Nous avons pris cette difficile décision en raison de l'impossibilité à réaliser l'approche de construction prévue, qui visait à obtenir un prix ferme pour l'ingénierie, l'approvisionnement et la construction», indique Benoît Bessette, porte-parole de ProjetBécancour.ag. «Malgré une démarche d'appel d'offres dans les règles de l'art, les résultats n'auront pas permis d'en arriver à une option viable pour le projet», ajoute-t-il.

La décision aurait été prise d’un commun accord entre tous les actionnaires. Des audiences du BAPE (Bureau d'audiences publiques sur l'environnement) devaient avoir lieu au cours des dernières semaines concernant ce projet. Elles ont été reportées.

ProjetBécancour.ag est une entreprise détenue à 50% par Entreprise IFFCO Canada (La Coop fédérée, Investissement Québec et un soutien minoritaire de la société IFFCO) et à 50% par Développement Nauticol Québec.

Ce n’est pas la première fois qu’un projet tombe à l’eau pour ce site. IFFCO Canada souhaitait y aménager initialement une usine d’engrais. Cette possibilité avait toutefois été écartée en 2015, entre autres, en raison du prix de l’urée.