/news/elections

Les partis répondent-ils aux attentes des organismes environnementaux?

Le Parti conservateur du Canada (PCC) est le seul parmi les grands partis fédéraux à ne pas avoir répondu aux attentes d’une coalition d’organismes environnementaux du Canada qui leur avait soumis un questionnaire afin de mieux connaitre leurs intentions.

Les formations politiques pouvaient ainsi répondre par «oui» ou «non» et développer leurs propositions face aux questions préparées par des groupes tels qu’Équiterre, la fondation David Suzuki et Greenpeace.

Sur les six principaux partis politiques, seul le Parti populaire du Canada n’y a pas répondu.

Le Parti conservateur (PCC) a quant à lui préféré faire une réponse globale plutôt que de répondre à chaque question.

Ainsi sur les 10 priorités collectives formulées par les organismes, seuls le Parti vert du Canada et le Nouveau Parti démocratique (NPD) ont répondu favorablement aux 10 demandes. Le PCC s’est opposé à neuf des demandes, et une est restée sans réponse.

Le parti d’Andrew Scheer est notamment le seul parti à refuser d’introduire, par voie législative, un plan climatique qui réduira les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Canada de façon à maintenir le réchauffement global à moins de 1,5 °C.

Le PCC s’oppose également à la modernisation de la Loi canadienne de 1999 sur la protection de l’environnement pour renforcer la réglementation fédérale sur les pesticides et à l’interdiction de produire, vendre et distribuer les produits de plastique à usage unique, alors que les libéraux, les néo-démocrates, les bloquistes et les verts s’y engagent à l’unanimité.

Sur les énergies fossiles, le Bloc québécois (BQ), le NPD, les Verts et le Parti libéral (PLC) s’engagent à ce que les projets de combustibles fossiles soient approuvés uniquement s’ils s’accompagnent d’un engagement à limiter les émissions de GES au Canada de façon à respecter le seuil d’augmentation de la température globale à 1,5 °C. Les auteurs du questionnaire jugent toutefois que la réponse du PLC est partiellement affirmative.

Ces mêmes parties s’engagent à assurer la prospérité des travailleurs et de leurs familles durant la transition vers une économie sobre en carbone. Les organismes environnementaux estiment toutefois que la réponse du BQ est partiellement affirmative.

Tout comme les conservateurs, le Bloc québécois ne souhaite pas faire la promotion d’un réseau d’aires protégées connectées et représentatives d’au moins 30 % des terres, de l’eau douce et des océans d’ici 2030.

Selon la synthèse du questionnaire, les libéraux s’engagent à «étudier» l’idée de la création d’une charte fédérale des droits environnementaux qui reconnaîtra officiellement le droit légal de vivre dans un environnement sain, tandis que le BQ, le NPD et les verts s’y engagent.

Les quatre partis s’engagent formellement à faire respecter la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, et assurer la protection des droits existants, ancestraux et issus de traités, des peuples autochtones.