/regional/estduquebec

Baisse marquée de la population dans l’Est-du-Québec

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

L'Est-du-Québec affiche une baisse marquée de sa population, alors que dans les 14 autres régions de la province on enregistre des augmentations.

Les trois régions qui affichent une baisse démographique se retrouvent dans l’Est-du-Québec.

Selon le taux d’accroissement annuel moyen pour les années 2011 à 2016, le Bas-Saint-Laurent a perdu 3,4% de sa population, alors que la Côte-Nord affiche une population en baisse de 6,4%. La Gaspésie a la plus haute baisse démographique, 8,2% de moins.

La moyenne provinciale de 2011 à 2016 était de +5,4%.

Les régions qui affichaient le plus haut taux d’accroissement sont les Laurentides, Laval et Lanaudière.

De 2016 à 2018, le taux d’accroissement annuel moyen s’est amélioré pour la Gaspésie. Pendant ces deux années la région a perdu seulement 0,2% de sa population.

Cependant, l’écart s’est accentué sur la Côte-Nord pour atteindre 8,2% de moins. Alors que le Bas-Saint-Laurent a perdu 1,1% de sa population de 2016 à 2018.

Dans ces deux dernières années, l’Est-du-Québec a tout de même perdu près de 2000 résidents.

Plusieurs facteurs expliquent cette décroissance, tels que le vieillissement de la population et l'exode vers les grands centres.

Par contre, plusieurs mesures sont mises en place pour tenter de renverser la vapeur : l’immigration et le démarchage pour convaincre les jeunes de s’établir dans les régions.

L’organisme Place aux jeunes, qui est présent partout au Québec, a pour mandat de faciliter le déplacement des jeunes en région.

Les 50 agents de liaison ou de migration agissent tous dans le but de convaincre les jeunes de déménager en région et ultimement s’y établir à long terme.

Selon l’agent de migration Martin Poirier, les agents de liaison dans les grands centres sont les premiers à faire le démarchage «eux vont parcourir les finissants au niveau des écoles, les salons de l’emploi et différents évènements et le but c’est de passer tous ces jeunes dans l’entonnoir des régions et de nous les répartir à nous les agents».

Place aux jeunes Rimouski-Neigette déploie aussi beaucoup d’efforts pour la rétention de ces jeunes. C’est, selon Martin Poirier, le nerf de la guerre.

La région fait bonne figure à ce chapitre selon l’agent de migration «on vient de réaliser une étude qui démontre que les jeunes qui passent par nos services ont un taux de rétention de plus de 87%, des jeunes qui décident de rester en région» explique Martin Poirier.