/regional/troisrivieres/mauricie

Il reçoit une carte d’électeur, même s’il n’a pas le droit de vote

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

Ludovic Mansuy, originaire de France, n’est pas un citoyen canadien. Pourtant, ce résident de Trois-Rivières a tout de même reçu sa carte d’électeur mardi.

Il a alors téléphoné au gouvernement et a pu apprendre que l'erreur découle d'une mauvaise information qui s'est glissée dans sa dernière déclaration de revenus. Il aurait coché par mégarde la case «citoyen canadien». Il se questionne aujourd’hui sur le processus de vérification d'Élections Canada.

Carte d'électeur

Capture d'écran TVA Nouvelles

 

«Je me dis que si moi je reçois une carte comme ça par hasard, juste par une erreur de case cochée, ça se peut à ce moment-là qu'il y ait d'autres personnes qui reçoivent ça. Après ça, s'ils veulent tenter la fraude...», souligne Ludovic Mansuy en entrevue à TVA Nouvelles.

Serge Feyfel, porte-parole d’Élections Canada précise toutefois que l’envoi de cette carte d’électeur fait partie de la vérification.

«La carte d'information d'électeur est envoyée à partir de la liste préliminaire. On l'appelle préliminaire justement parce que c'est un processus de vérification, a-t-il dit. C'est écrit de vérifier l'information. Si elle n'est pas correcte, vous téléphonez au bureau du scrutin et vous dites je n'ai pas qualité d'électeur. On va vous rayer.»

Élections Canada semble donc se baser sur l'honnêteté des Canadiens pour cette dernière étape de vérification. Des sanctions très sévères allant de l'amende à l'emprisonnement peuvent par contre s'imposer à quiconque essaierait de voter sans en avoir le droit.

Malgré tout, Élections Canada avoue que, chaque élection, quelques erreurs se glissent dans la liste des électeurs.