/news/elections

«Face-à-Face»: les chefs ont tout donné

TVA Nouvelles

Les chefs des partis fédéraux ont tout donné lors du «Face-à-Face 2019», leur premier débat en français.

À LIRE ÉGALEMENT

Face-à-face 2019: les meilleures citations de la soirée

Aide médicale à mourir: Trudeau s’engage à ne pas porter en appel la décision

Scheer talonné sur l’avortement

Loi 21: Trudeau veut se garder une porte ouverte

Scheer attaque Trudeau sur son 2e avion «pour ses costumes et ses canoës»

«Vous essayez toujours de créer des chicanes. C'est dégueulasse»

Trudeau forcé de se défendre sur l'environnement et les géants du web

Blanchet préférerait un gouvernement minoritaire

Justin Trudeau, du Parti libéral du Canada, Andrew Scheer, du Parti conservateur du Canada, Jagmeet Singh, du Nouveau parti démocratique et Yves-François Blanchet, du Bloc québécois se sont affrontés sur trois grands thèmes.

Les chefs ont eu l'occasion d'exposer leur vision sur l’économie et l’environnement, sur la gouvernance et la place du Québec dans le Canada, ainsi que sur l’immigration et les politiques sociales.

Le «Face-à-Face» minute par minute:

«Pour tout ça, j’ai besoin de vous à mes côtés le 21 octobre», dit Trudeau.

«Demain vous appartient», affirme Blanchet.

«J’ai besoin de la nation québécoise pour obtenir un gouvernement majoritaire qui va vous en donner plus dès maintenant», dit Scheer.

«Si vous voulez un parti qui va se battre pour vous, c’est ça l’identité du NPD», conclut Singh.

«On n’a pas besoin de l’accord du Canada pour être une nation. C’est comme si on avait le droit d’être une nation si on le fait selon leurs conditions», affirme Blanchet qui croit qu’il s’agit d’un paternalisme fédéral.

«Le respect des premières nations c’est un enjeu moral, mais aussi un enjeu économique. La réussite économique doit passer par la réussite de tous», dit Trudeau.

«Déposer des projets de loi, c’est la fonction la plus noble d’un élu et on continuera à le faire pour faire avancer les intérêts», affirme Blanchet.

«Le Canada a repris sa place après 10 ans de recul sous le gouvernement conservateur», lance Trudeau.

«Vous avez promis un meilleur accord d’échange avec les États-Unis. Dans chaque endroit, nous avons un pire accord», dit Scheer à Trudeau.

«Il n’y a aucun gain pour le Canada sur le nouvel ALENA», conclut Scheer.

«Si on parle du nouvel ALENA, ça va augmenter le prix des médicaments, ça fait mal aux producteurs laitiers du Québec. C’est tellement un mauvais accord que M. Trudeau a négocié pour faire plaisir à M. Trump», affirme Singh sur l’AEUMC.

«Il a menti. Il a regardé les Canadiens dans les yeux et a dit quelque chose qu’il savait qu’elle n’était pas vraie», dit Scheer au sujet de Trudeau.

«C’est important de se souvenir que M. Trudeau n’a pas perdu de ministre. Il a congédié la seule qui a dit la vérité», affirme Scheer.

Trudeau dit s’être tenu debout devant Trump lors de la renégociation de l’ALENA.

«Vos fréquentations ne vous rendent pas plus agréable au regard des Québécois» lance Blanchet à Scheer.

«Je comprends que c’est vraiment frustrant. Je veux régler ce problème, mais j’ai une grande peur pour les emplois qui pourraient être menacés», dit Singh au sujet des rapports d'impôts.

«Je crois que les Québécois se sont ennuyés de M. Harper pendant votre voyage en Inde», dit Scheer à Trudeau.

Blanchet veut que le Québec et le Canada soient «de bons amis plutôt que des mauvais colocs qui se chicanent».

Singh attaque Scheer qui présente sa politique énergétique. «C’est comme une cassette», lance-t-il.

«Je veux réintégrer formellement le Québec dans la Constitution. C’est une injustice qu’il faut régler», dit Singh.

«On ne veut pas rouvrir la constitution. On ne veut pas de chicane entre Québec et Ottawa», affirme Trudeau qui promet de défendre la langue française.

«On revient en arrière avec des degrés de nationalisme», dit Trudeau en réponse à Blanchet

«Je reconnais la nation québécoise. Les Québécois ont des valeurs que je partage», affirme Trudeau.

Le troisième thème est la gouvernance et la présence du Québec dans le Canada

«C’est quelqu’un qui est tellement déconnecté qu’il croit qu’une personne qui gagne 47 000$ c’est le plus riche», lance Scheer à Trudeau.

«Plutôt que de couper ou de creuser un déficit. Pourquoi ne pas augmenter les revenus?» questionne Blanchet. Il énumère l’évasion fiscale, la péréquation, les subventions aux pétrolières, les taxes aux géants du web.

«Les Canadiens qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts, soyez assurés qu’il va augmenter les impôts immédiatement après les élections», affirme Scheer aux dépens de Trudeau.

«À cause des conservateurs et des libéraux, ça bouge pour les plus riches», dit Singh sur l’économie canadienne.

«Nos sièges sociaux, nos fleurons, on ne peut pas en créer et voir constamment ce qu’on a créé être racheté. Il faut que le gouvernement s’en remette au parlement et se donne des outils», explique Blanchet.

«On ne peut pas faire confiance à M. Trudeau de protéger les données personnelles des Canadiens, quand il n'est même pas capable de payer ses propres employés!» lâche Blanchet au sujet du système de paie Phénix.

«Il est normal que les consommateurs aient un sentiment de sécurité. Les compagnies doivent déclarer tous cas de bris de confidentialité et payer eux-mêmes les frais encourus», dit Blanchet.

Scheer accuse le gouvernement libéral d’hypocrisie pour avoir augmenté les dépenses pour des publicités sur les géants du web.

«Comment est-ce que les gens peuvent croire en vous?» demande Singh à Trudeau.

«On va s’assurer que tous les géants du web paient leur juste part d’impôts», martèle Trudeau.

«La différence entre moi et M. Trudeau, c’est que j’ai le courage de le faire, je sais que c’est injuste qu’on ait un terrain inégal qui donne l’avantage aux entreprises étrangères», dit Singh sur le fait de taxer les géants du web.

«Parce que les autres émettent davantage d’émissions, émettons-en davantage en faisant semblant que ça va se régler tout seul», ironise Blanchet.

«Le véhicule plus populaire au Québec, c’est le F-150. Les Québécois vont continuer d’acheter le pétrole. J’ai fait mon choix, je préfère acheter le pétrole canadien plutôt que le pétrole étranger», dit Scheer.

Scheer parle des «costumes et des canots» de Trudeau. «Vous êtes un faux écolo», ajoute le chef conservateur au sujet du chef libéral.

«Ils ont donné une grande exemption pour 90% des grands pollueurs, mais ont imposé les taxes sur le carbone à 100% des Canadiens. Ça, c’est injuste», dit Scheer au sujet des libéraux.

«M. Trudeau, vous donnez des belles paroles, mais pas des actions concrètes», lance Singh qui ajoute que c’est décevant de la part du gouvernement.

«Si ce n’était pas du Bloc québécois, il y aurait un pipeline qui traverserait le Québec. C’est le Bloc québécois qui a fait obstacle à ça», affirme Blanchet.

«Il faut lutter pour les changements climatiques, ça préoccupe nos jeunes, ça préoccupe tout le monde», dit Trudeau sur l’environnement.

«Ç’a été une décision difficile, nous permet de réinvestir tous les profits pour pouvoir vendre notre pétrole. La transition ne se passe pas du jour au lendemain», dit Trudeau au sujet du pipeline Transmountain.

«Vous voulez imposer un pipeline aux Québécois, ce n’est pas acceptable», affirme Singh à Scheer.

«Il faut agir maintenant, c’est une crise qui est réelle», martèle Singh au sujet de l’environnement.

«C’est un pilier de notre gouvernement de réduire nos émissions dans un contexte global», ajoute Scheer.

«Je crois que dans un plan pour l’environnement pour réduire les émissions dans un contexte global avec bien moins d’émissions», dit Scheer.

Le deuxième thème est l’économie et l’environnement

«C’est vrai que M. Scheer va couper les impôts un peu, mais vous allez couper les services beaucoup», lance Singh.

«C’est toujours la même chose avec le Bloc, c’est la pression, c’est les demandes. La seule façon de remplacer le parti de Justin Trudeau, c’est le Parti conservateur», dit Scheer.

«Avec notre plan, c’est une question de choix, et on choisit d’investir dans les gens», dit Singh en vantant son programme d’assurance publique pour les services dentaires.

«Alors c'est ça votre agenda secret? Décriminaliser, légaliser, les drogues dures»? demande Scheer à Trudeau. «On voit votre politique de peur», rétorque Trudeau

«Les conservateurs sont encore pognés avec des valeurs qui ne s’accordent pas avec le progressisme des Québécois et des Canadiens», lâche Trudeau.

«Vous allez remettre cet argent dans les poches du crime organisé?» répond Trudeau à Scheer.

«M. Trudeau a passé ce projet de loi rapidement. Il a ignoré les inquiétudes des premiers ministres des provinces, des experts, des familles», dit Scheer au sujet de la légalisation du cannabis comestible.

«Au Canada, on rentre par la grande porte, pas par la fenêtre» dit Blanchet sur l’immigration illégale.

«Les gens qui arrivent du chemin Roxham, évitent la file d’attente, veulent éviter le processus normal», répond Scheer à Trudeau.

«Il n’y a pas de passe-droit», assure Trudeau sur l’arrivée de migrants illégaux au pays.

Trudeau et Singh attaquent Blanchet qu’ils accusent de vouloir créer des chicanes. «C’est dégueulasse», lance le chef du NPD.

«Il faut mieux financer la francisation, mieux financer le coût du français. Il faut donner plus de ressources pour défendre l’identité québécoise», affirme Singh.

«Une évaluation des connaissances c’est normal et c’est dans le même esprit que la régie actuelle au fédéral», dit Scheer.

«Je suis pour la séparation de l’église et de l’État et je vais défendre ces droits avec toute ma force», lance Singh.

«Je reconnais que les gens voient la laïcité comme une protection, mais le fait qu’une société libre permet une discrimination libre contre une personne en raison de sa religion soulève des questions», dit Trudeau à Blanchet.

«Je ne vais pas fermer la porte du gouvernement fédéral de défendre les droits de certaines personnes», rétorque Trudeau.

«Je souhaiterais que la loi 21 mette fin à ce débat parce que cette loi porte ce qui est une valeur très progressiste, la séparation de la religion et de l’État», dit Blanchet.

«On est trois alignés sur les valeurs des Québécois et il y a un quatrième qui n’est pas aligné avec ces valeurs», dit Trudeau au sujet de Scheer.

«Je crois que les Canadiens savent qu’un gouvernement conservateur ne va pas rouvrir le débat sur l'avortement», répond Scheer.

«Est-ce que vous croyez, en tant que chef, en tant que père, en tant que mari, que les femmes ont le droit de choisir?» demande Trudeau à Scheer.

«C’est une décision difficile, mais c’est une question de dignité. Je suis pour le droit et après la décision de la justice. Les critères sont trop difficiles, je veux changer ça», martèle Singh.

«On ne va pas enlever toutes les restrictions, non. On va faire plus d’étapes pour permettre plus d’accès, mais on va toujours faire attention de protéger nos plus vulnérables», dit Justin Trudeau.

Mourir dans la dignité : «Un gouvernement néo-démocrate promet d’ouvrir les critères qui sont trop limités», dit Jagmeet Singh.

«C’est la peur que vous essayez de créer dans la population» lance Scheer à Blanchet sur l’avortement.

Andrew Scheer assure que rien ne va changer concernant l’avortement sous un gouvernement conservateur.

Sur l’avortement : «Des valeurs aussi fondamentales et aussi ancrées dans la mentalité du Québec ne peut pas être chez nous quelque chose de négociable.» - Yves-François Blanchet.

Le premier thème est l’immigration et les politiques sociales

Dans la même catégorie