/regional/troisrivieres/mauricie

Elle étudie à l’université du troisième âge depuis dix ans

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Du haut de ses 75 ans, une femme de la Mauricie se rend chaque semaine à l’université, elle qui n’a pas eu la chance de faire des études supérieures lorsqu’elle était plus jeune.

«C'est par intérêt. Il y a tellement de variétés de sujets !», a confié Sharon Sweeney, qui est inscrite à l’université du troisième âge depuis que ce programme existe.

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a lancé cette initiative pour les aînés il y a dix ans maintenant. Les inscriptions sont passées d'un peu plus de 200 à près de 800. Une cinquantaine de cours y sont offerts.

Les études démontrent clairement que l'activité intellectuelle est bénéfique pour la santé cognitive. La directrice générale de la Maison Carpe Diem, qui vient en aide aux personnes atteintes d’Alzheimer, en sait quelque chose.

«Les fonctions cognitives, c'est la mémoire, la concentration, l'attention, le langage l'écriture, a énuméré Nicole Poirier. Quand on est dans une classe, on doit se concentrer sur un message et le cerveau travaille pendant ce temps.»

Cette année, les étudiants inscrits ont entre 50 et 92 ans. La plupart assistent à un seul cours par semaine, parfois plus.

«J'ai des copains dans la classe qui suivent cinq cours par semaine. C'est énorme!» s'est étonné Denis Toupin, étudiant de 70 ans, qui suit deux cours actuellement.

Il faut dire qu’à l’université du troisième âge, le professeur, qui est lui aussi retraité, ne donne ni travaux ni examen. Les cours demandent donc beaucoup moins de concentration.