/news/politics

Québec envisage d’interdire le «Bonjour / Hi»

Patrick Bellerose | Agence QMI

Le gouvernement Legault étudie la possibilité d’exiger que les sociétés d’État et les commerces privés du Québec accueillent leurs clients uniquement avec le mot «Bonjour», mettant ainsi un terme au «Bonjour / Hi» répandu dans la métropole.

«C’est ce que l’Assemblée nationale demande», a souligné vendredi le nouveau ministre responsable de la langue française, Simon Jolin-Barrette, au terme d’une interpellation du Parti québécois sur le «renforcement de la loi 101».

Au cours des derniers mois, les élus à Québec ont adopté deux motions, à l’unanimité, pour inviter les commerçants à utiliser uniquement le mot «Bonjour». «Je vais devoir traduire ça dans des mesures au cours des prochains mois avec la réforme que je vais proposer en matière de langue française, pour la bonification et la promotion de la langue française», ajoute M. Jolin-Barrette.

«Les gens souhaitent être accueillis en français dans les différentes entreprises, dans les différents commerces, mais aussi par l’État québécois. Alors, ça fait partie de la réflexion», explique-t-il.

Le ministre rappelle que l’accueil en français dans les commerces a décliné au fil des dernières années, tandis que l’utilisation de l’anglais ou du bilinguisme est en hausse.