/finance/homepage

De gros changements en vue chez RONA

TVA Nouvelles

Plusieurs quincailleries RONA pourraient être menacées de fermeture selon ce que TVA Nouvelles a appris.

Depuis sa vente aux Américains il y a trois ans, l’entreprise éprouve d'importantes difficultés financières.

La valeur de Lowe's Canada a chuté d'un milliard de dollars, ce qui a précipité le départ à la retraite, vendredi, de son PDG, Sylvain Prud'homme.

Pour redresser la barre de sa division canadienne, Lowe's étudierait plusieurs scénarios.

La fermeture d'une vingtaine de magasins serait à l'étude. Plusieurs emplois au siège social de Boucherville seraient aussi menacés.

Les opérations de commercialisation, notamment, pourraient être rapatriées aux États-Unis, ce que nie pour l'instant l'entreprise.

Les fournisseurs québécois de RONA et de Lowe’s sont inquiets.

«Il y a une uniformisation de l'offre et, à mon avis, ça comporte sa part de danger», explique le président de l’association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction, Richard Darveau.

«Il y aura de moins en moins de fournisseurs. Ils seront possiblement plus souvent qu'autrement américains que canadiens, ou canadiens que québécois. On est à une croisée des chemins.»

Qui sera le prochain PDG?

Le prochain PDG de Lowe’s Canada pourrait être Lyne Castonguay dont la candidature est pressentie selon TVA Nouvelles.

Originaire du Nouveau-Brunswick, Mme Castonguay a travaillé 14 ans pour Home Depot. Jusqu’à tout récemment elle était vice-présidente chez Sobeys, maison mère des épiceries IGA.

«Quand on est dans un marché, c'est toujours plus efficace d'avoir une personne qui vient de ce marché-là, donc un Canadien ou un Québécois, parce qu'il y a des particularités de marché qui sont importantes», explique le chef de la croissance chez Amplio Stratégies.

Lyne Castonguay n'a pas répondu à nos messages aujourd'hui.

Lowe's Canada a refusé nos demandes d'entrevue pour discuter des scénarios de restructuration qui sont évoqués.