/news/law

Arrivée au palais de justice du maire déchu de Terrebonne

TVA Nouvelles

Vêtu de noir de la tête au pied, l’ancien maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, s’est présenté seul ce matin au palais de justice de Saint-Jérôme pour y subir son procès pour fraude et abus de confiance.

À LIRE AUSSI

Début du procès de l’ex-maire Robitaille

«Ça va très bien. Ça va commencer et on va regarder ce qui se passe», a soutenu l’homme de 64 ans à notre journaliste Marie-Anne Lapierre qui le questionnait.

Arrêté par l’UPAC en mars 2018 en même temps que quatre membres de sa garde rapprochée, le maire déchu n’a pas changé sa position quant aux gestes pour lesquels il fait l’objet d’accusations. «Si j’ai plaidé non coupable, c’est parce que je n’ai absolument rien à me reprocher», appuie Jean-Marc Robitaille.

L’ancien élu de Terrebonne dit qu’il a dormi sur ses deux oreilles la nuit dernière malgré le procès qui l’attend. «Très bon sommeil. Quand tu as la conscience tranquille, il n’y a aucun problème. On va laisser la juge faire son travail et nos avocats.»

Le ministère public reproche à Jean-Marc Robitaille d’avoir aidé ses amis à obtenir des contrats publics à Terrebonne en échange d’importants pots-de-vin. Parmi les autres accusés dans ce dossier, il y a son ex-chef de cabinet Daniel Bélec, et l’ex-directeur général de la Ville, Luc Papillon.

Un entrepreneur bien connu dans la région, Normand Trudel, et l’ex-patron d’une firme de génie, Jean Leroux, ont également été arrêtés dans ce dossier.