/regional/montreal/montreal

Fermeture des lignes de train: Québec pourrait installer des bureaux satellites

Guillaume Pelletier | Agence QMI

Agence QMI

Québec explore la possibilité d’aménager des bureaux satellites pour ses fonctionnaires qui seront touchés par la fermeture des lignes de train Deux-Montagnes et Mascouche en janvier.

La ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, a mentionné cette avenue lundi matin devant quelque 200 employeurs réunis par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) pour discuter de cet enjeu. Des milliers de travailleurs verront leur temps de transport quotidien doubler dans trois mois.

Mme Rouleau a mentionné que les bureaux pourraient être aménagés «en utilisant notamment des locaux gouvernementaux déjà disponibles», mais n'a pas pu chiffrer le coût de ces locaux, ni s'avancer sur un nombre de bureaux satellites à mettre en place. Elle n'a pas fermé la porte à ce que des employés de sociétés d'État, comme Hydro-Québec, soient accueillis dans les bureaux.

«Actuellement, on regarde les bureaux ou espaces de travail inoccupés sur la Rive-Nord qui pourraient servir à nos employés», a pour sa part expliqué le porte-parole de la société d'État, Louis-Olivier Batty. Environ 200 employés d’Hydro-Québec seront touchés par les travaux du REM.

Le gouvernement préconisera aussi le télétravail et facilitera l'aménagement d'horaires pour les employés touchés, a mentionné la ministre.

Accommoder

La rencontre d'échanges organisée par la CCMM, en collaboration avec le bureau du Réseau express métropolitain et le ministère des Transports du Québec, visait à permettre aux employeurs du centre-ville de discuter des solutions à privilégier pour faire face à cette nouvelle réalité.

La rencontre était fermée aux médias, mais un porte-parole du bureau du REM, Jean-Vincent Lacroix, a confirmé par après que les grands thèmes abordés avaient été la communication employés employeurs, la mise en place de bureaux satellites, les horaires flexibles, le télétravail et le covoiturage.

Un comité d'employeurs sera aussi mis en place afin de discuter sur une base régulière des difficultés rencontrées et de l'efficacité des mesures mise en place avant et après la fermeture des lignes de trains.

Les solutions proposées lundi matin seront prochainement mises à la disposition des employeurs afin qu’ils puissent s'en inspirer.

Parmi les quelque 200 employeurs présents lundi, on retrouvait Raymond Chabot Grant Thornton, Hydro-Québec, le Mouvement Desjardins, TD Assurance, Intact Assurance, K.P.N.G, Nurun ainsi que les musées McCord et Stewart.

Rappelons que dès janvier, les lignes de train de banlieue de Deux-Montagnes et Mascouche seront interrompues aux gares Bois-Franc et Ahuntsic dans le cadre de la construction du REM, touchant environ 20 000 personnes qui travaillent en majorité au centre-ville de Montréal. Des navettes d'autobus seront mises en place entre des gares et le réseau de métro.