/news/law

Les coaccusés de Zampino déposeront une requête en arrêt des procédures

TVA Nouvelles

L’abandon des accusations contre l’ex-numéro deux de la Ville de Montréal a incité cinq de ses coaccusés à déposer une requête en arrêt des procédures. 

À LIRE ÉGALEMENT

Frank Zampino libéré de toutes les accusations

La semaine dernière, Frank Zampino a été libéré de toutes les accusations qui pesaient sur lui parce que l'UPAC a illégalement épié ses communications avec son avocate.   

Les avocats des coaccusés de Zampino dans ce dossier vont donc déposer d'ici le 15 octobre leur requête puisque leurs conversations ont aussi été scrutées par les policiers dans le cadre de l’enquête Fronde de l’UPAC.   

La requête sera ensuite analysée par la juge Joëlle Roy de la Cour supérieure qui devra rendre sa décision. 

La semaine dernière, les avocats de la défense avaient demandé à la Couronne de divulguer davantage de preuves. Tout porte à croire que certains des accusés veulent savoir quelles conversations ont été enregistrées, particulièrement si elles ont eu lieu avec leur avocat. 

Les autres accusés dans ce procès sont Robert Marcil, ex-directeur des travaux publics à la Ville de Montréal, Bernard Poulin, ex-président de la firme de génie-conseil Groupe SM, l’ex-vice-président du Groupe SM, Dany Moreau, l’ancien PDG de la firme CIMA+, Kazimierz Olechnowicz et l’ex-vice-président de la firme Teknika HBA, Normand Brousseau.  

Zampino était accusé de complot, de fraude et d'abus de confiance à la suite du projet d'enquête Fronde, qui avait mené à son arrestation et à celles de sept coaccusés il y a deux ans. Les coaccusés espèrent faire tomber ces chefs d'accusation.

L'UPAC les soupçonnait d'avoir instauré un système de partage de contrats de 160 millions de $ en échange de financement politique pour l'ancien parti du maire de Montréal Gérald Tremblay, au début des années 2000.

Dans la même catégorie