/regional/abitibi

Les familles de Rouyn-Noranda exposées à l’arsenic «jusqu’à 67 fois la norme québécoise»

Véronique Racine | Agence QMI

Thierry de Noncourt/La Frontière/Agence QMI

La députée solidaire Émilie Lessard-Therrien dénonce l’inaction du gouvernement Legault dans le dossier de l’exposition à l’arsenic à Rouyn-Noranda.

«Ça a été documenté, il y a plein d’experts qui se sont prononcés. Il y a des risques réels. L’arsenic c’est considéré comme un cancérigène, notamment pour les cancers du poumon, les cancers de la peau, mais il y a toutes sortes aussi de pathologies qui découlent d’une exposition prolongée», a mentionné Émilie Lessard-Therrien, députée solidaire de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, en entrevue à QUB radio, à l’émission «Les Effrontées», lundi.

 

«À Rouyn-Noranda, nos familles peuvent être exposées jusqu’à 67 fois la norme québécoise», a-t-elle ajouté.

Selon un récent rapport de la Direction de la santé publique, les fumeurs de cigarettes de Rouyn-Noranda auraient un risque accru de développer un cancer du poumon et de la vessie à cause de la présence d’arsenic dans l’air de la région.

Mme Lessard-Therrien a mentionné que «l’exposition chronique à l’arsenic n’a pas juste une incidence sur les fumeurs».

La députée solidaire de Rouyn-Noranda–Témiscamingue a donné comme exemple l’analyse de l’exposition aux contaminants chez les enfants du quartier Notre-Dame, situé à «quelques mètres de la Fonderie Horne».

«L’automne dernier, la Direction publique ici en Abitibi-Témiscamingue a décidé de procéder à une analyse de l’exposition aux contaminants chez les enfants du quartier Notre-Dame [...] On voulait vraiment voir c’est quoi l’intoxication au plomb, au cadmium, mais aussi à l’arsenic chez les enfants et là on a procédé à des analyses de leurs ongles pour voir l’imprégnation qu’ils avaient à l’arsenic et on s’est rendu compte au printemps dernier, quand les résultats sont sortis, que les enfants de Rouyn-Noranda, du quartier Notre-Dame, avaient des concentrations d’arsenic quatre fois plus élevées, en moyenne, que les enfants-témoins du groupe d’Amos», a expliqué Émilie Lessard-Therrien.