/elections

Singh tergiverse sur une possible intervention pour contester la loi 21

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a semblé ouvrir la porte à une éventuelle intervention du fédéral dans la contestation judiciaire de la loi québécoise sur la laïcité, lundi soir, en marge du débat des chefs en anglais.

En point de presse après l’affrontement entre les six chefs fédéraux, M. Singh a paru se garder cette possibilité d’intervenir une fois que la cause se retrouvera entre les mains de la Cour suprême du Canada, si elle finit par s’y rendre.

«C’est un processus légal pour toutes les poursuites de la Cour suprême. C’est évident et c’est normal que le premier ministre va regarder ça », a-t-il dit dans une réponse alambiquée aux journalistes.

Appelé à clarifier sa position, M. Singh a dit qu’il ne faisait que «répéter ce qui existe au niveau des lois», soit cette possibilité pour tout premier ministre d’évaluer son degré d’implication sur un enjeu analysé par le plus haut tribunal au pays.

«Mais j’ai dit tout le temps que je n’allais pas m’ingérer dans la poursuite [contre la loi 21]. Ce que je vais faire, c’est de montrer qu’[une] loi qui divise la population n’est pas bonne. C’est mauvais», a-t-il ajouté.

L’équipe de M. Singh a toutefois soutenu, face à la confusion créée par les propos du chef néo-démocrate, que ce dernier n’avait pas exprimé de changement de position.

«Il n’a pas dit rien de différent ce soir qu’auparavant, a dit la porte-parole Sarah Andrews. C’est une question de fait que s’il y a une contestation qui se rend à la Cour suprême, le gouvernement fédéral devra regarder ce qui se passe.»

«Jagmeet a été clair qu’il souhaite respecter le processus en cours et qu’il ne souhaite pas intervenir», a-t-elle ajouté.

Durant le débat de la Commission des débats électoraux qui a été diffusé sur les ondes de CBC, le premier ministre sortant a attaqué M. Singh sur la question d’une possible intervention du fédéral dans la contestation de la loi 21.

«Vous avez parlé de façon très éloquente de la discrimination et vous l’avez affrontée dans votre vie, a noté Justin Trudeau. Voilà pourquoi il est si étonnant de vous entendre dire, comme tous les autres leaders sur cette scène, qu’un gouvernement fédéral sous votre gouverne n’interviendrait pas.»

Le chef libéral s’est présenté comme le seul chef à avoir exprimé clairement ses intentions sur cet enjeu.

«Je suis le seul sur cette scène qui a dit "oui, le gouvernement fédéral devra peut-être intervenir dans ce dossier", parce que le fédéral a besoin de protéger les droits des minorités, les droits linguistiques, les droites des femmes», a-t-il fait valoir.

Le bloquiste Yves-François Blanchet a, pour sa part, sommé les chefs à ne pas s’immiscer dans ce débat québécois.

Dans la même catégorie