/regional/quebec/quebec

Un chercheur veut recréer le visage de Marie de l'Incarnation

José Laganière | TVA Nouvelles

Un chercheur de l'Université Laval tentera de modéliser le visage de la fondatrice des ursulines de la Nouvelle-France, Marie de l'Incarnation, à l'aide d'un masque funéraire qui pourrait être celui de la religieuse.

C'est en faisant appel à la technologie moderne qu'un chercheur de l'université Laval tentera de percer le mystère entourant un masque funéraire qui aurait recouvert le visage de Marie de l'Incarnation après sa mort en 1672. Il a été retrouvé dans un grenier du monastère des ursulines il y a environ 50 ans.

«On va scanner le masque et on va faire ressortir une première image. Ensuite, on va faire une reconstitution numérique», a affirmé le professeur au département de théologie de l'Université Laval, Philippe Roy-Lysencourt.

Les données tirées de l'imagerie seront acheminées dans un centre français spécialisé en reconstitution faciale. Ce centre est déjà parvenu à recréer des images de plusieurs personnages célèbres, incluant le roi Henri IV et Marie-Madeleine.

Cette opportunité représente beaucoup pour les ursulines, qui pourraient avoir la chance de contempler le visage de la fondatrice de leur ordre au Québec. Il existe actuellement seulement deux images que l'on croit avoir été réalisées à partir du véritable visage de Marie de l'Incarnation. Les autres représentations de la religieuse sont basées sur l'imagination des artistes.

«Il y a beaucoup de mystère sur son aspect physique, on en sait peu. On a dit quelque part dans des écrits qu'elle était grande, mais c'est à peu près tout», a affirmé Lise Monroe, responsable du Centre Marie-de-l'Incarnation.

Advenant que le masque funéraire ait bel et bien appartenu à la religieuse, son visage pourrait être dévoilé en janvier prochain.

Née à Tours, en France, en 1599, Marie de l'Incarnation est entrée au monastère des ursulines en 1631. De là, elle s'embarque pour la Nouvelle-France en 1639, où elle deviendra la première mère supérieure de l'ordre des ursulines de la colonie.

Elle est décédée en 1672. Elle a été canonisée par le pape François en avril 2014, 375 ans après son arrivée au Canada.