/news/culture

Harcèlement et menaces: quand des personnalités sont ciblées

Yan Lauzon | Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le vedettariat vient avec son lot d'aléas.

Par contre, certains admirateurs et internautes vont beaucoup trop loin quand ils communiquent avec différentes personnalités sur le web, surtout par le biais des réseaux sociaux.

Leurs écrits et leurs gestes font carrément peur. Voici des vedettes qui ont craint, avec raison, pour leur sécurité.

Mélanie Maynard

Ciblée par un homme aux propos obscènes et agressifs, Mélanie Maynard a vécu des moments angoissants en lisant des messages sur sa page Facebook, il y a quelques années.

Un dénommé Simon Blais a publié des messages sans équivoque sur ses intentions en lien avec l'animatrice et comédienne, demandant entre autres à cette dernière de lui envoyer une photo d'elle nue et de le rejoindre dans un motel.

Heureusement, les choses ne sont pas allées plus loin. Preuve que les réseaux sociaux n'ont pas que du mauvais, ce sont des admirateurs de Mélanie Maynard qui ont dénoncé l'homme dont l'arrestation a eu lieu en 2016.

Kevin Parent

Depuis plus de 15 ans, Kevin Parent vit dans la peur de croiser Renée Toupin, une femme de Trois-Rivières qui a commis plusieurs gestes et tenu des propos qui l'ont grandement inquiété.

En plus de l'avoir souvent abordé comme s'ils formaient un couple, la quinquagénaire a poussé son obsession pour l'artiste jusqu'à se rendre chez lui à deux reprises et y pénétrer chaque fois.

Lors de sa deuxième visite, elle s'est même assise sur son lit alors qu'il dormait! L'insistante admiratrice a d'abord purgé une peine de trois mois de prison, mais a continué à entretenir sa passion pour le Gaspésien, si bien qu'elle a été envoyée à l'institut Philippe-Pinel pour une évaluation psychiatrique.

Jérémy Gabriel

L'annonce de la présence de Jérémy Gabriel au Rockfest de Montebello, en 2017, en avait fait sourciller plus d'un.

Or, pour Benoît Fortin, l'étonnement a fait place à la colère. Alors âgé de 42 ans, l'homme a fait part de son mécontentement sur Facebook, écrivant que le jeune homme allait «me ¨scrapper¨mon Rockfest».

Ce n'est pas tant le message qui a inquiété les internautes comme le cliché l'accompagnant.

L'auteur du texte a également publié une photo de lui masqué, pointant un fusil vers l'objectif.

Bien qu'il s'agissait d'un jouet, la menace a été prise au sérieux par les autorités policières. L'homme a été envoyé derrière les barreaux pendant 30 jours après avoir plaidé coupable de menaces.

Charlotte Bouchard

Charlotte Bouchard, sœur de la joueuse de tennis Eugenie Bouchard, compte plus de 90 000 abonnés sur son compte Instagram, mais un d'entre eux est ressorti du lot pour les mauvaises raisons.

Pendant trois ans, la jeune femme dit avoir été harcelée par Danny Arsenault, un homme qui a déjà passé plus de 24 mois dans un hôpital psychiatrique en raison de plus de 125 messages enregistrés sur la boîte vocale d'une ministre de l'ancien gouvernement de Jean Charest.

En cour au début de l'année, Charlotte Bouchard s'est dite victime de harcèlement en ligne depuis 2014.

En ayant assez, elle a contacté le Service de police de la Ville de Montréal afin de déposer une plainte, trois ans plus tard.

Mariloup Wolfe

Impossible de rester insensible à la lecture du billet publié par l'ex-blogueur Gab Roy, en 2013, concernant Mariloup Wolfe.

Celui qui était aussi humoriste, et qui a passé du temps en prison en 2015 concernant une histoire impliquant une mineure, avait grandement détaillé par écrit la relation sexuelle qu'il souhaitait avoir avec la comédienne et réalisatrice.

Cette dernière a d'abord intenté une poursuite de 300 000 $ à l'endroit de l'auteur du texte en 2014 avant de s'entendre à l'amiable avec lui.

Gab Roy s'est donc vu exiger 60 000 $ et la réalisation de plusieurs centaines d'heures de travaux communautaires, en plus d'être confronté à un interdit de publication de ses opinions sur le web pendant trois ans.

Guy A. Lepage, Michelle Blanc, Alex Perron et autres...

À la fin du mois de février 2011 et durant le mois de mars qui a suivi, Guy A. Lepage, Michelle Blanc, Alex Perron et plusieurs autres personnalités québécoises en ont vu de toutes les couleurs avec Jean-François Champagne alias Jeffsabres qui les a harcelées et menacées sur Twitter.

Ses propos ont été décrits comme étant suffisamment inquiétants par le juge chargé du dossier qui a même parlé de crimes sérieux.

Alors dans la vingtaine, l'accusé, repentant, a été forcé de faire 140 heures de travaux communautaires.

De plus, on lui a interdit de s'approcher à moins de 100 mètres des gens qu'il a attaqués.