/news/elections

La position de Trudeau sur la loi sur la laïcité est «regrettable», dit Legault

Agence QMI

Le premier ministre du Québec, François Legault, dit trouver «très regrettable» la position de Justin Trudeau qui a ouvert la porte pour une première fois à contester la loi sur la laïcité de l’État lors du seul débat en anglais de la campagne électorale fédérale tenu lundi à Gatineau.

«Ce que j’ai vu hier [lundi], c’est que M. Trudeau s’est vanté d’être le seul qui allait contester la loi 21 (sur la laïcité de l’État) comme s’il voulait se distinguer des autres chefs pendant le débat en anglais», a expliqué le chef de la Coalition avenir Québec en point de presse mardi.

À LIRE ÉGALEMENT

Trudeau et Singh doivent s'expliquer à nouveau

 

Pour la première fois, le chef libéral a mis l’accent sur le fait qu’il est le seul à garder la porte ouverte en vue d’une contestation de la Loi sur la laïcité de l’État par le fédéral lors du débat en anglais qui rassemblait tous les chefs des principaux partis.

«Je suis le seul sur cette scène qui a dit "oui, le gouvernement fédéral devra peut-être intervenir dans ce dossier, parce que le fédéral a besoin de protéger les droits des minorités, les droits linguistiques, les droits des femmes"», a indiqué le premier ministre canadien sortant.

«Je trouve ça assez spécial qu’un chef vienne dire qu’il est prêt à contester la volonté populaire des Québécois», a affirmé François Legault en citant des sondages selon lesquels 70 % de la population de la province appuie la loi de son gouvernement qui interdit, entre autres, le port de signes religieux pour les employés de l’État.

Au début de la présente campagne électorale, François Legault avait demandé aux chefs de partis fédéraux de s’engager à ne pas contester cette pièce législative.

Dans la même catégorie