/news/society

«On a 5 ans pour agir» selon la porte-parole d'Extinction Rebellion Québec

TVA Nouvelles

Les deux coups d’éclats organisés par les militants écologistes d'Extinction Rebellion Québec, mardi, ont créé beaucoup de perturbations à Montréal. L’une des porte-parole de l’organisation, Catherine Bouchard-Tremblay, affirme pourtant que le but de deux opérations n’était pas du tout de créer de la frustration.

«On cherche un moyen d’être entendu, assure-t-elle. Ce n’est pas agréable pour personne de monter sur le pont Jacques-Cartier et faire en sorte qu’il y ait des bouchons de circulation. Ce n’est pas notre objectif. En fait, on veut augmenter la pression.»

La jeune femme rappelle qu’il y a eu 500 000 personnes qui ont manifesté pour l’environnement le 27 septembre dernier. En pleine campagne électorale, elle trouve aberrant qu’aucune promesse ne fait un «écho probant» à cette démonstration.

«On a des demandes qui sont très claires. Dire la vérité quant aux changements climatiques. Nous on se fie au rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pour dire la vérité par rapport à ça et on s’attend à ce que les élus fassent la même chose. On s’attend aussi à ce qu’ils prennent des décisions qui vont avec les rapports scientifiques.»

Pour la porte-parole, aucun des partis politiques ne va assez loin dans ses engagements envers l’environnement.

«Il n’y en a aucun qui prône ce qui est nécessaire de faire si on veut empêcher que le réchauffement climatique dépasse les 2 degrés.»

Elle insiste : «On a cinq ans pour agir».

Voyez l’entrevue complète accordée à Julie Marcoux dans la vidéo ci-dessus.