/news/currentevents

Quatre jeunes accusés après qu'un ado ait été poignardé à mort sous les yeux de sa mère

Agence QMI

ARCHIVES/LA FRONTIÈRE/AGENCE QMI

Quatre jeunes, dont trois mineurs, ont été arrêtés, mardi, en lien avec le meurtre d'un adolescent de 14 ans qui a été poignardé à mort sous les yeux de sa mère.

Lundi matin, Devan Selvay, 14 ans, a été tué en face de l'école secondaire Sir Winston Churchill, qu'il fréquentait. Deux jeunes hommes de 14 et 18 avaient été arrêtés dans la foulée et font face à des accusations de meurtre prémédité.

Deux autres adolescents, un garçon et une fille, tous deux âgés de 16 ans, ont aussi été arrêtés mardi pour meurtre et devaient être rencontré par les enquêteurs.

Les quatre suspects fréquentaient tous l'école secondaire Sir Winston Churchill.

Selon ce que des témoins ont confié aux médias locaux, Devan Selvay aurait été attaqué et poignardé dans le dos alors qu'il tentait d'entrer dans la voiture de sa mère, en face à l'école.

Le couteau utilisé pour commettre le crime a été retrouvé par les policiers mardi matin.

«Tout cet événement est perturbant. C'est difficile à comprendre pour le moment. Je peine à imaginer comment se sent la famille de la victime», a commenté le sergent-détective Steve Bereziuk de la police d'Hamilton, lors d'un point de presse mardi.

Le sergent Bereziuk a mentionné que le meurtre semble avoir été planifié. Il n'a toutefois pas voulu s'avancer sur les liens unissant la victime et les suspects ou sur les motifs de l'agression armée.

Des adolescents témoins de l'événement ont filmé la scène. «J'encourage les gens qui seraient en possession de vidéos à nous contacter. [...] Je décourage quiconque de publier ces informations en ligne, puisqu'il pourrait s'agir d'éléments de preuve, a souligné Steve Bereziuk.

«Il n'y a pas de mots pour exprimer jusqu'à quel point nous sommes touchés par cette perte. Nos pensées vont à la famille et aux proches de l'étudiant», a commenté le directeur de la commission scolaire du district de Hamilton-Wentworth, Manny Figueiredo, par communiqué.

«Nous ne pouvons pas tolérer des actes de violence. Nous devons promouvoir des actes de bonté et de paix pour le bien de toute la communauté d'Hamilton», a poursuivi M. Figueiredo. Ce dernier a précisé que de l'aide sera apportée aux étudiants et aux membres du personnel qui en ressentent le besoin.