/regional/montreal/monteregie

Son fils de 16 ans frôle la mort après une soirée arrosée

Véronique Racine | Agence QMI

gracieuseté, Facebook de Sophie Laroche

Une mère de Saint-Patrice-de-Sherrington en Montérégie a vécu l’enfer lorsque son fils de 16 ans s’est retrouvé entre la vie et la mort à l’hôpital suite à une soirée bien arrosée, samedi dernier.

«Mon fils est très verbomoteur et un moment donné il a arrêté de parler, il ne répondait même plus à mes questions, il grognait, ce n’était même plus des mots, c’était du "grognage" et sa respiration était bizarre, était comme saccadée», a mentionné Sophie Laroche à QUB radio lors de l’émission «Franchement dit», mardi.

Vers 18h, l’adolescent, qui n’est pas «un enfant à problème», était à la maison avec trois amis pendant que ses parents étaient «en train de préparer le repas». L’un de ses amis est alors venu de demander de l’aide.

Selon Sophie Laroche, «deux sur les quatre» étaient «vraiment saouls». Ils auraient bu «27 onces de vodka à deux [...] en moins d’une heure», selon elle.

Lorsque son jeune ne «répondait même plus» à ses questions, la mère a senti l’urgence d’agir. Sur le chemin de l’hôpital, son fils «s’est mis à s’étouffer avec sa salive» et il faisait des «arrêts respiratoires».

«Quand on est arrivé à l’hôpital, on a été pris vraiment vraiment très rapidement, il n’y a pas eu d’attente du tout du tout. Ç’a été une entrée directe. On a eu des soins vraiment fantastiques [...] ça va être quelque chose qui va être abordé avec mon fils, on va faire une rencontre vendredi avec les quatre mêmes jeunes et les parents pour faire un retour là-dessus, mais c’est important de comprendre dans le personnel médical qui était présent, il y a des gens qui ont fait de l’"overtime"», a expliqué Sophie Laroche.

«C’est un impact qui est beaucoup plus large que juste sa petite personne et ses parents», a-t-elle ajouté.

Sur Facebook, Sophie Laroche a lancé un message de sensibilisation contre la consommation abusive d’alcool et au moment d’écrire ces lignes, sa publication a été partagée plus de 15 000 fois.