/news/currentevents

Arrestations douloureuses pour les militants d'Extinction Rebellion à Montréal

Geneviève Paradis | TVANouvelles.ca

Alors que plusieurs des membres de l’organisation militante Extinction Rebellion Québec se faisaient arrêter mardi soir sur le boulevard René-Lévesque à Montréal, leurs camarades dénonçaient la façon de faire des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant une vidéo publiée en direct sur les réseaux sociaux.

Bien que les agents du Groupe d’intervention étaient calmes et qu’aucun coup n’était porté, la façon de contrôler les manifestants était douloureuse, dénoncent les militants, qui ont toujours été pacifiques et non violents au cours de la manifestation, soutiennent-ils.

La technique d’arrestation consiste à serrer les poignets et tenir la tête.

Selon les activistes, la pression exercée sur le cou rendrait difficile la circulation sanguine au niveau du cerveau, provoquant des étourdissements.

Toutefois, selon l’expert en techniques policières Jean-François Brochu, les policiers n’avaient d’autres choix que de tenir le cou des manifestants pour éviter qu’ils ne se blessent.

«On appelle cela de la résistance passive. Ils laissent les policiers les soulever et les transporter les un après les autres, ça prend pas mal de temps», explique l’ex-sergent de la Sûreté du Québec.

Comme on le voit sur les images, plusieurs des activistes restent «mous» lors de leur arrestation.

Pour les forcer à avancer, les policiers vont exercer un «contrôle articulaire», dans le jargon policier.

«S’ils n’obtempèrent pas aux policiers, ça va faire mal, mais ça dépend de chaque personne. S’ils commencent à marcher et écoutent les policiers, ça va faire moins mal. Normalement, la personne va finir par comprendre», ajoute Jean-François Brochu.

L’expert ajoute que ces techniques sont la bonne pratique et sont enseignées à l’école de police.

Les policiers pourraient-ils amener les manifestants sans les blesser? Pour Jean-François Brochu, si on décide de les mettre sur un brancard, et que la personne décide de se tourner pour tomber au sol, elle pourrait se faire mal, précise l’expert.

Il ajoute qu’une personne légère risque moins de subir une tactique de contrôle articulaire puisqu’elle est simplement soulevée par les agents.

La fatigue gagne les militants

«Les policiers nous disent de marcher, mais ça se peut qu’il y en a qui ont des malaises, ça fait longtemps qu’on est là, il fait froid», affirmait une militant sur le vidéo filmée en direct sur Instagram.

Sur ces images, on peut constater les arrestations où les militants écologistes, un à la fois, étaient tenus par trois policiers, puis amenés dans un fourgon cellulaire.

Certains semblaient paralysés par la prise, d’autres criaient, une personne plus âgée faisait partie du lot.

Les activistes, en soutien à leurs amis, leur lançaient des mots d’encouragement, et criaient aux policiers d’agir «avec douceur».

Toujours selon les militants écologistes, s’adresser directement aux camarades arrêtés les apaise et les rassure.

41 militants ont été arrêtés lors de cette manifestation; ils pourraient faire face à des accusations d’entrave.

Le SPVM n’a pas commenté dans le détail l’intervention d’hier soir.