/finance/homepage

Forte hausse de l'espace dévolu au travail partagé

Agence QMI

Les espaces de travail partagés ont gagné en popularité ces cinq dernières années au Canada, principalement à Montréal, Toronto et Vancouver, alors que le marché a fait un bond appréciable de 303 %. 

C’est ce que révèle un rapport de CBRE Canada, une antenne de la firme de services immobiliers commerciaux basée à Los Angeles, en Californie. 

Montréal, Toronto et Vancouver sont les principaux marchés au Canada pour le travail partagé, les trois métropoles comptant à elles seules 78 % de tous les espaces de bureaux polyvalents, d’un océan à l’autre. 

Dans le Grand Montréal, les espaces de travail partagés totalisent une superficie de 959 000 pieds carrés, ce qui équivaut à 1,2 % du total des bureaux. 

Ce type d’aménagement, surtout concentré au centre-ville – jusqu’à 621 000 pieds carrés –, a augmenté de 60 % ces deux dernières années dans la région. Au centre-ville de Montréal, la hausse est de 103 %. 

WeWork 

C’est l’entreprise new-yorkaise WeWork qui est le plus important joueur de cette industrie naissante à Montréal. Avec une croissance de 158 % depuis 2017, WeWork occupe 348 000 pieds carrés dans le Grand Montréal, c’est-à-dire 36 % de la superficie actuelle du marché. 

À l’échelle canadienne, ces cinq dernières années, les espaces de travail partagés sont passés de 1,5 million de pieds carrés à 6,1 millions de pieds carrés. Il s’agit d’une croissance de 303 %, un chiffre qui est appelé à grimper encore alors que 1,3 million de pieds carrés sont en chantier ou prévus. 

CBRE note que les «stratégies immobilières agiles», qui incluent les espaces de travail partagés, sont de plus en plus un choix pour les entrepreneurs, les entreprises en expansion et même les grandes organisations. 

«Ce phénomène a donc intensifié la demande pour des exploitants de bureaux polyvalents, ce qui alimente davantage le marché déjà bouillonnant des bureaux. Ces exploitants ont d’ailleurs signé quatre des dix transactions de bureaux les plus importantes au pays au premier semestre de 2019 et les baux de la plus grande envergure à Vancouver et à Montréal au cours de la même période», a indiqué CBRE, par communiqué. 

«Aucun autre nouveau type de locataire de bureaux n’a émergé aussi rapidement et avec autant de force depuis le boum des sociétés point-com. L’ascension des exploitants de bureaux polyvalents bat au rythme de l’évolution des méthodes et des milieux de travail, de la technologie, de la démographie et du contexte propice à l’innovation», a indiqué Paul Morassutti, vice-président de CBRE Canada.