/regional/montreal/monteregie

L’autoroute 35 sera complétée d’ici 2023

Agence QMI

Le gouvernement Legault a confirmé mercredi que l’autoroute 35, en Montérégie, sera achevée jusqu’à la frontière canado-américaine d’ici 2023.

Il manque un tronçon de 8,9 km pour compléter l’autoroute de la Vallée-des-Forts, qui reliera le Québec à Boston, au Massachusetts, via l’Interstate 89.

Québec a confirmé mercredi que le dossier d’affaires de la phase 3 a été approuvé et peut aller de l’avant en vue de travaux qui doivent se mettre en branle l’an prochain. Trois ans seront nécessaires pour compléter toutes les étapes.

Les premiers appels d’offres publics de la phase 3 seront lancés au cours des prochaines semaines. Cette dernière étape coûtera plus de 202 millions $, mais Québec recevra une contribution de 82 millions $ d’Ottawa dans le cadre du programme Nouveau Fonds Chantier Canada.

La phase 3 des travaux vise le prolongement de l'autoroute 35 à partir de la route 133, à Saint-Sébastien, jusqu'à la jonction de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin à Saint-Armand, a-t-on précisé par communiqué.

Un pont d'étagement sera construit au-dessus de la route 202 à Pike River, un pont sera aménagé au-dessus de la rivière aux Brochets à Pike River, un échangeur sera érigé à la jonction de l'autoroute 35, du chemin Champlain et de la route 133 à Saint-Armand et un carrefour giratoire sera déployé à l'intersection de la route 133 et des chemins Champlain et du Moulin à Saint-Armand.

«Je suis heureux d'annoncer le lancement prochain des appels d'offres concernant la phase III du projet de prolongement de l'autoroute 35 entre Saint-Sébastien et Saint-Armand. Les travaux pourront commencer dès l'an prochain et devraient prendre fin en 2023», a dit François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l'Estrie.

«Le prolongement de l'autoroute 35 était très attendu par le milieu et nous avons agi rapidement pour concrétiser la phase III. Une fois ce lien réalisé, la qualité de vie des riverains de la route 133 sera améliorée tout comme la sécurité routière. De plus, les échanges touristiques et commerciaux seront facilités», a pour sa part indiqué Christian Dubé, président du Conseil du trésor et ministre responsable de la Montérégie.

Rappelons que les phases 1 et 2 ont coûté 200 millions $ aux contribuables québécois. Le gouvernement canadien a injecté 44,3 millions $ dans ces étapes, dont la dernière a été complétée en 2014.