/news/law

L’ex-animateur Martin Pouliot entend plaider coupable

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

L’ex-animateur de radio Martin Pouliot se dit prêt à plaider coupable de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions et il restera incarcéré au moins pour les cinq prochains mois.

Revirement de situation dans le dossier de Pouliot, qui devait revenir en cour pour subir son enquête sur remise en liberté mardi après-midi.

Celui qui a été arrêté une nouvelle fois il y a 10 jours parce qu’il conduisait son véhicule en pleine nuit, contrevenant ainsi à l’une de ses conditions, a renoncé à la tenue de cette enquête.

C’est donc dire qu’il restera détenu au moins jusqu’à son prochain passage en cour le 30 mars prochain, date à laquelle était prévu son procès pour conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions et pour conduite dangereuse.

Les événements qui lui sont reprochés remontent à octobre 2017, alors qu’il avait causé un accident blessant gravement une dame de 37 ans.

Éviter que la victime témoigne

Après l’audience, son avocat Me Christian Bélanger a indiqué que Pouliot était prêt à plaider coupable pour conduite avec les facultés affaiblies causant des blessures. « Mon client ne tient pas à faire témoigner madame », a dit Me Bélanger.

Ce dernier a ajouté que son client de 48 ans « ne veut pas sortir de prison » et que sa « vie est devenue un enfer », notamment parce qu’il est envahi par les regrets à l’endroit de la victime.

Par contre, il estime que l’accusation de conduite dangereuse devrait être abandonnée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), puisqu’elle « recoupe les mêmes faits ». L’avocat veut donc poursuivre ses discussions en ce sens avec la Couronne avant de renoncer au procès.

Pas battu en prison

D’autre part, l’avocat criminaliste a voulu rectifier le tir quant à la blessure à l’œil droit que son client aurait subie en prison.

Après avoir été arrêté tôt le vendredi 27 septembre dernier et avoir comparu en après-midi, Pouliot s’était représenté devant le juge le lundi suivant avec l’œil droit tuméfié.

Selon Me Bélanger, c’est lors de son arrestation que Martin Pouliot aurait eu cette blessure lorsque la porte du véhicule de police aurait été fermée trop rapidement.

« La rougeur est apparue plus tard », a dit l’avocat pour expliquer pourquoi cet œil au beurre noir n’était pas visible lors de sa comparution du vendredi après-midi, alors qu’elle était très apparente le lundi suivant.

Sindy St-Jean

37 ans au moment de l’accident en octobre 2017

Mère de famille

Travaille au Réseau de transport de la Capitale comme chauffeuse

Opération de sept heures suivant l’accident

Bassin et hanche gauche fracturés

Poumon gauche affaissé

Diaphragme perforé

Dans la même catégorie