/finance/homepage

Quel est l’âge idéal pour commencer à décaisser ses économies de retraite?

Emmanuelle Gril - Le Journal de Montréal

Adobe Stock

Lorsqu’on approche de la retraite, on se demande souvent quelle serait la meilleure stratégie de décaissement de ses économies. Mais ce n’est pas le seul facteur à considérer, car l’âge auquel on demandera sa rente de RRQ pèse aussi dans la balance.

Éric compte prendre sa retraite à la fin de l’année, pour son 60e anniversaire. Il a travaillé dans le domaine de l’alimentation durant toute sa vie active. Quant à sa conjointe Nathalie, 57 ans, elle travaille en entretien ménager et compte se retirer du marché du travail au même moment.

Éric a réussi à accumuler des économies : 85 000 $ en REER, 35 000 $ en CELI, et il dispose aussi d’un fonds de pension de son employeur qui générera une rente de 30 000 $ par an dès ses 60 ans. De son côté, Nathalie peut compter sur un REER de 100 000 $ et un CELI de 45 000 $. Ils sont aussi propriétaires d’une maison d’une valeur de 200 000 $, dont l’hypothèque est payée, et ils prévoient continuer à l’habiter à leur retraite.

Après avoir fait leurs calculs et établi un budget, ils ont évalué à 46 000 $ net le revenu annuel dont ils auront besoin pour maintenir leur qualité de vie.

Ils se demandent maintenant quel est le meilleur moment pour toucher leur rente de RRQ afin d’atteindre cet objectif, tout en prolongeant au maximum la durée de leurs économies.

Retarder ou devancer ?

Le planificateur financier et fiscaliste Jean-Philippe Vézina, de l’Équipe Jean-Maurice Vézina, rappelle que l’on peut demander sa rente de RRQ dès l’âge de 60 ans, mais que, dans ces conditions, le montant sera moindre.

Ainsi, la rente mensuelle sera réduite, selon le revenu, de 0,5 % à 0,6 % par mois d’anticipation, jusqu’à un maximum de 36 % de pénalités. Inversement, lorsque l’on réclame sa rente après 65 ans – l’âge officiel de la retraite –, elle est bonifiée de 0,7 % par mois écoulé depuis le 65e anniversaire. À 70 ans, on atteindrait donc un maximum 42 %.

Il faut savoir que la rente, qu’elle soit bonifiée ou amputée sera fixe jusqu’à la fin de la vie de la personne retraitée.

« Tout cela peut sembler complexe, en plus du fait qu’on doit aussi tenir compte des autres sources de revenus, comme les fonds de pension, la pension de la Sécurité de vieillesse au fédéral (PSV), les versements des FERR, les revenus provenant de placements, etc. », mentionne Jean-Philippe Vézina.

Les projections selon l’âge

Sur quoi peut-on se baser pour faire ses projections ? On peut partir du principe que plus on touche la rente de RRQ tôt, moins on aura besoin de décaisser ses placements, mais en revanche la rente sera moindre. D’un autre côté, si on reporte la RRQ, il sera bonifié, mais il faudra alors décaisser davantage de placements et ces derniers rapporteront donc moins de revenus.

Dans le cas d’Éric et Nathalie, Jean-Philippe Vézina a établi deux scénarios.

Voici quelle sera la succession nette du couple si le dernier décès survient à 95 ans et que le rendement de leurs placements est de 3,5 % :

RRQ à 60 ans : succession nette de 298 000 $

RRQ à 65 ans : succession nette de 375 000 $

RRQ à 70 ans : succession nette de 465 000 $

Voici maintenant la succession nette du couple si le dernier décès survient à 80 ans et que le rendement de leurs placements est de 3,5 % :

RRQ à 60 ans : succession nette de 513 000 $

RRQ à 65 ans : succession nette de 504 000 $

RRQ à 70 ans : succession nette de 473 000 $

Avec ces chiffres en main, Éric et Nathalie seront en mesure de faire le meilleur choix. S’ils sont en bonne santé, par exemple, ils pourraient avoir intérêt à reporter la RRQ à 70 ans, par exemple.

« Il y a aussi plusieurs stratégies possibles à mettre en place au moment du décaissement pour ne pas avoir à rembourser la PSV, ce qui arrive lorsque le revenu imposable est supérieur à 77 580 $, ou même afin de percevoir une partie du Supplément de revenu garanti », dit Jean-Philippe Vézina.

Conseils

-En règle générale, on recommande de demander sa rente de RRQ si le fonds de pension et la pension de la Sécurité de vieillesse du fédéral ne suffisent pas à couvrir nos besoins.

-La plupart des retraités préfèrent avoir un plus grand revenu au début de leur retraite que vers la fin. Dans ces conditions, il sera préférable de réclamer la RRQ plus tôt pour moins piger dans leurs placements.

-Il existe des stratégies de fractionnement du revenu afin de réduire l’impôt à payer, par exemple en partageant la rente de RRQ avec le conjoint.

-Consultez un professionnel qui vous aidera à mettre sur pied un plan de décaissement personnalisé adapté à votre situation.