/regional/montreal/montreal

Des élues de Projet Montréal appuient la désobéissance civile

TVA Nouvelles et Agence QMI

Des élues de Projet Montréal, la formation politique de la mairesse Valérie Plante, ont félicité les militants écologistes qui optent pour la désobéissance civile.

À la suite du coup d’éclat du groupe Extinction Rebellion sur la structure du pont Jacques-Cartier, la conseillère municipale Christine Gosselin a laissé entendre sur les réseaux sociaux qu’elle était favorable à ce genre d’action.

«À celles et ceux qui font de la désobéissance civile, moi je dis, merci», a écrit celle qui est conseillère pour l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie sur sa page Facebook, mercredi soir.

Plusieurs internautes ont réagi à cette publication, notamment les conseillères de Projet Montréal Marie Plourde et Marie-Josée Parent, qui l’ont appuyée d’un pouce en l’air. Mme Plourde occupe également la fonction de présidente de la Commission sur le transport et les travaux publics.

De son côté, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, n'a pas tardé à clarifier sa position sur la question.

«Même si clairement, l’urgence d’agir habite les gens - tout comme elle m’habite également - , je considère que cette façon de faire n’est absolument pas productive, en plus de mettre en danger la sécurité des personnes et des premiers intervenants, je ne peux donc en aucun cas la cautionner», a-t-elle indiqué à TVA Nouvelles.

Mardi matin, des militants écologistes s’étaient hissés sur le pont Jacques-Cartier, qui relie Montréal à la Rive-Sud, pour réclamer des mesures draconiennes contre les gaz à effet de serre. Cet acte de désobéissance civile avait entraîné la fermeture du pont pendant plus d’une heure et demie.

Trois personnes ont été arrêtées à la suite de ce geste et de nombreux automobilistes ont dû composer avec d’importants bouchons de circulation.

Dans la même catégorie