/news/culture

Désirée au Club Soda: à couper le souffle pour sa rentrée montréalaise

Mélissa Pelletier | Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Désirée, qu’on a pu découvrir en tant que protégée d’Éric Lapointe à «La Voix» en 2017, a confirmé de belle façon qu’elle est une artiste à suivre à l’occasion de sa rentrée montréalaise pour son premier album, «Madeleine», au Club Soda jeudi.

Avec un naturel désarmant et un talent indéniable, Laura Babin a offert une première partie digne de ce nom à un public très à l’écoute de ses compositions folk. «Merci, vous n’êtes tellement pas stressés que vous me calmez!» a-t-elle lancé à la ronde.

Belle entrée en matière pour Désirée, qui s’est sans mauvais jeu de mots réellement fait désirer sur scène depuis la sortie de son premier effort «Madeleine» en avril dernier. Ça aura toutefois valu la peine d’attendre, puisque l’auteure-compositrice-interprète a pris ce temps pour peaufiner un tout nouveau spectacle mis en scène par Robert Bellefeuille.

Le Club Soda continuait à se remplir lorsque Désirée a foulé la scène sur le coup de 21 h. Éclairée par un simple projecteur, l’artiste seule au piano a poussé de sa poignante voix rauque la pièce «Les dessins» avant d’être rejointe par ses musiciens Jérémie Dallaire (guitare), Samuel Cadieux (basse) et Bruno St-Laurent (piano) pour entonner «Au sommet».

Désirée a choisi ce moment pour s’adresser tout doucement à ses admirateurs. «Merci! Ça fait tellement longtemps que j’attends ça. On est vraiment touchés d’être au Club Soda. Merci d’être là et d’encourager la musique francophone.»

Un Club Soda hypnotisé

Si le concert a débuté tout en douceur, il a vite pris une intensité assez folle merci dès l’interprétation de «Légendes». Par certains moments, une mouche aurait pu voler entre les notes tellement les spectateurs semblaient pendus aux lèvres de la jeune interprète.

Après une poignante interprétation de «S’il te plaît» de Pierre Lapointe et de sa composition «Nos amours à la craie», Désirée a pu compter sur les talents de Guillaume Beaulieu au violon et Miro au violoncelle pour la pièce «Fanée».

Désirée n’a pas boudé son plaisir en chantant sa touchante version d’«Ayoye» d’Offenbach, qui a d’ailleurs été vue plus de 600 000 fois sur Facebook, à son public sifflant de contentement.

En plein contrôle, l’impressionnante artiste a continué son tour de chant entre la belle «Le mal de mer», sa version de la chanson «Les pauvres» de Plume Latraverse, la pièce-titre de son premier opus «Madeleine» joliment mise en valeur par le saxophoniste Antony Beaulieu et sa populaire «Laisse-moi tomber».

Au moment d’écrire ses lignes, Désirée devait encore offrir ses versions de «Le répondeur» des Colocs et «Je déteste ma vie» de Pierre Lapointe.

Après ce coup d’envoi au Club Soda, Désirée s’arrêtera notamment le 20 décembre au Centre d’art La Chapelle à Québec.