/news/world

États-Unis: le bilan des décès liés au vapotage passe à 26

Agence France-Presse

Vingt-six personnes sont mortes aux États-Unis après avoir utilisé des cigarettes électroniques, contenant la plupart du temps des liquides infusés au cannabis, ont rapporté les autorités sanitaires jeudi, actualisant le précédent bilan de 18 morts.

Au total, 1299 cas de maladies pulmonaires sévères associées au vapotage ont été recensés dans tout le pays, ont annoncé les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), confirmant que ce que les autorités appellent une épidémie se poursuit malgré les alertes sanitaires.

Jeudi dernier, le bilan officiel était de 18 décès et 1080 malades.

Les maladies ont commencé à apparaître de façon éparse en mars et avril, mais c'est seulement en juillet que les autorités ont commencé à comprendre que des vapoteurs étaient frappés d'une même maladie mystérieuse. Le pic de malades a été en juillet, août et septembre, mais des vapoteurs continuent à ce jour de se présenter dans les hôpitaux.

70% des patients sont des hommes, et 80% ont moins de 35 ans. 15% ont moins de 18 ans. Mais les morts sont plus âgés: la moitié avait entre 49 et 75 ans.

Dans les trois quarts des cas, les malades ont rapporté avoir consommé des produits au THC (tétrahydrocannabinol), l'agent psychoactif du cannabis, ce qui pousse les autorités sanitaires à appeler la population à éviter le vapotage, surtout si les e-liquides ont été achetés à des dealers.

Un ou plusieurs additifs aux liquides sont soupçonnés de provoquer les maladies, mais les analyses en laboratoire n'ont toujours pas réussi à déterminer lesquels.

Plusieurs villes et États américains envisagent ou ont voté des interdictions des cigarettes électroniques, soit totale, soit uniquement pour les e-cigarettes aromatisées (parfums autres que tabac, tels que menthe, menthol, fruits...), afin d'empêcher les jeunes de se mettre à vapoter.

Au niveau national, l'administration de Donald Trump a annoncé l'interdiction des vapoteuses aromatisées à compter de cet automne. Mais la réglementation n'a pas encore été publiée.