/regional/montreal/montreal

Pas de gratuité du transport en commun après les tempêtes

Elsa Iskander

 - Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ne compte pas instaurer un système systématique de gratuité des transports en commun lors des lendemains de tempêtes de neige.

«Une telle mesure ne permettrait ni d’assurer la sécurité des usagers de la route lors de tempêtes hivernales, ni de favoriser un transfert modal vers le transport collectif», estime la CMM dans un rapport datant d’août dernier et déposé mercredi matin lors de la réunion du comité exécutif de la Ville de Montréal.

En février 2019, le conseil municipal avait demandé à l’organisation qui regroupe 82 municipalités du Grand Montréal d’étudier la pertinence de rendre gratuits les transports collectifs le jour suivant une tempête, lors d'accumulations dépassant les 20 cm.

Cette proposition visait notamment à réduire le risque d’accidents routiers l’hiver. Or, selon la CMM, une telle mesure ne permettrait pas de «réduire de façon significative la congestion routière et les risques d’accident lors de tempêtes hivernales».

Le nombre d’accidents tend à augmenter lorsque les quantités de neige sont faibles et à diminuer lorsqu’elles sont importantes, indique le rapport de la CMM. De plus, il y aurait plus d’accidents routiers la journée même d’une chute de neige plutôt que le lendemain, peut-on lire.

La gratuité a un coût, souligne également la CMM, puisque le manque à gagner tarifaire s’élèverait à 840 000 $ par jour.

D'après le rapport, on dénombre six tempêtes de neige avec une accumulation au sol de 20 cm ou plus à Montréal pendant la période 2015-2018