/regional/estduquebec/basstlaurent

Ultime effort des chauffeurs de taxi dans l'Est-du-Québec

Vanessa Limoges | Agence QMI

Dans le but de dénoncer, pour une ultime fois, le projet de loi 17, les chauffeurs de taxi de Rimouski et de Matane ont décidé de ne pas rouler jeudi.

Ainsi, mis à part le transport d'urgence ainsi que le service de Taxibus, les chauffeurs de Rimouski ont refusé les appels entre 9 h 30 et 15 h. Du côté de Matane, l'interruption devait se poursuivre jusqu'à 17 h.

«C'est une journée qui est excessivement difficile à vivre parce que lorsqu'on pense à notre avenir on est complètement dans le néant, on ne sait plus où on s'en va ou encore à quoi s'attendre», a lancé Isabelle Bérubé, représentante des chauffeurs qui œuvrent pour Taxi 800 à Rimouski.

Les chauffeurs de Rimouski ont débrayé à plusieurs reprises dans les derniers mois, mais jeudi l'ambiance chez Taxi 800, la seule compagnie présente à Rimouski, était empreinte de tristesse.

Devant l'adoption imminente du projet de loi 17, plusieurs chauffeurs avaient décidé de rester à la maison alors que d'autres répondaient aux appels d'urgence la mine basse.

«C'est incompréhensible. Pourquoi enlever les taxis et faire de la place à des étrangers, on ne comprend plus rien. J'étais au bord de la retraite, il me restait trois ans et là je ne sais plus où je m'en vais. Comment ça va virer cette loi-là quand elle va être adoptée, personne ne le sait», a indiqué un chauffeur de Rimouski.

Des mobilisations du genre avaient lieu dans toute la province pour s’opposer à l’adoption du projet de loi 17 qui vise, entre autres, l’abolition des permis de taxi et la régularisation des services comme Uber sur le territoire québécois.