/regional/quebec/quebec

Courir avec Antoine pour aider les familles

Sandra Godin | Agence QMI

Photo JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

La course est un sport individuel. Pas pour Sylvain Parent-Bédard. C'est en poussant le fauteuil roulant de son fils Antoine qu'il parcourra les 21,1 kilomètres du Marathon SSQ de Québec, dimanche, dans le but d’amasser des fonds pour aider les familles d’enfants handicapés.

Âgé de 13 ans, Antoine est atteint d’un retard global de développement qui inclut l’autisme, la déficience intellectuelle, un retard de développement musculaire et l’épilepsie.

Le président et fondateur de l'Agence ComediHa!, a longtemps cherché une activité qu'il pouvait partager avec Antoine. La course est la seule activité père-fils qu’ils peuvent faire pour «connecter» explique-t-il, rencontré hier à l'École Madeleine-Bergeron, que fréquente son fils.

Courir avec Antoine

Photo JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

«Il aime beaucoup les arbres, la sensation du vent dans son visage. Et il y a vraiment quelque chose qui se crée entre lui et moi. C’est difficile de rentrer en contact avec un enfant lorsqu’il est autiste. Et lors des courses, on dirait qu’il sort de ça. Il va parfois se retourner pour me regarder et me démontrer qu’il est heureux.»

Sylvain Parent-Bédard déplore qu'il n'existe «à peu près aucune activité» de loisir pour les familles d'enfants handicapés.

«Quand tu arrives avec un enfant comme Antoine, il y a une lourdeur dans tout ce qui existe dans ta vie. Aller prendre une marche avec lui, c’est une heure de préparation. Les familles se retrouvent souvent confinées à l’isolement. Tous les week-ends, sans exception, ma blonde et moi, on se demande quoi faire. Et on ne trouve pas. Ça revient toujours à aller prendre une marche.»

Une différence au quotidien

L’homme d’affaires, aussi père de Charles, 11 ans, a donc créé le Fonds philanthropique Antoine il y a deux ans, spécifiquement pour aider les organismes, et pourquoi pas des camps d'été, qui veulent bâtir des infrastructures de loisirs pour donner un répit aux parents.

Mais il veut aussi aider directement les familles d’enfants handicapés qui n’ont pas les moyens de faire des loisirs aussi simples soient-ils, par exemple se payer une balançoire adaptée dans la cour. Pour faire de la course, il lui a fallu acheter un fauteuil roulant adapté pour le sport qu’il a dû commander aux États-Unis. Un fauteuil dispendieux qui n’est pas à la portée de tous.

«On veut faire une différence concrètement dans le quotidien des familles», souhaite-t-il.

Objectif: 100 000 $

Sylvain Parent-Bédard s’est fixé un humble objectif de 100 000 $ cette année. Grâce à diverses activités organisées au ComediHa! Fest en août dernier et un tournoi de golf, 65 000 $ ont déjà été amassés. Il souhaite arriver à récolter un million par année.

Dimanche, c’est pour ajouter quelques milliers de dollars à ce montant que Sylvain Parent-Bédard et Antoine courront le Marathon SSQ ensemble, une idée qui lui est venue lorsqu’il a vu un père courir un Ironman avec son fils lourdement handicapé.

Sylvain Parent-Bédard s’entraîne depuis trois mois pour relever ce défi. «J’espère être capable de pousser la chaise moi-même tout le long. C’est à ces familles que je vais penser durant le parcours, au bien quotidien qu’on peut apporter.»

Les dons peuvent être faits sur le site www.jedonneenligne.org/fcommunautairegq/2262/.