/finance/homepage

De gros problèmes pour les artisans du REM à Ottawa

Philippe Orfali - Le Journal de Montréal

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Construit par SNC-Lavalin et Alstom et livré avec 456 jours de retard, le nouveau train léger d’Ottawa connaît une pénible entrée en service qui laisse présager le pire pour le REM.

Réalisé au coût de 2,1 milliards de dollars par un consortium mené par la montréalaise SNC-Lavalin et la française Alstom, l’O-Train devait permettre à Ottawa d’entrer dans une « nouvelle ère » de transport en commun.

Or, depuis que la ligne de la Confédération est entrée en fonction, il y a une dizaine de jours, l’heure de pointe se transforme en chaos pratiquement tous les matins.

Ligne entière paralysée

Au banc des accusés : les trains construits par Alstom, comme ceux du futur Réseau express métropolitain de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Rien que cette semaine, des problèmes avec le système de portes ou les ordinateurs qui les régissent ont causé des interruptions de service mardi, mercredi et hier, paralysant toute la ligne de train léger.

Lorsqu’un passager tente d’empêcher la fermeture des portes, c’est tout le système qui flanche, ont expliqué les responsables municipaux.

« Nos clients méritent mieux et ils ont droit d’être frustrés. On travaille très fort avec le consortium pour restaurer la fiabilité et la confiance dans la ligne de la Confédération », a expliqué en conférence de presse le directeur général d’OC Transpo, John Manconi.

Il a notamment demandé aux Ottaviens de cesser de retenir les portes du véhicule. Mais il n’est pas normal que toute la ligne tombe en panne pour une porte mal fermée, a-t-il reconnu.

La situation est tellement critique que la Ville songe à relancer temporairement son service d’autobus vers le centre-ville en raison de l’ampleur du problème, le temps qu’Alstom et le consortium trouvent une solution.

« Personne n’est en train de se dire “prenons ce train et renvoyons-le à Alstom”. On sait qu’on peut régler ce problème. Mais c’est tellement pénible en ce moment parce que ça empêche les gens de se rendre au travail à temps, et de rentrer à la maison », a déploré le conseiller municipal Allan Hubley.

Le REM à risque ?

SNC-Lavalin et Alstom ont refusé de répondre aux questions du Journal, hier. Chez CDPQ Infra, on affirme suivre la situation de près, bien que le REM ne sera pas équipé du même modèle de train qu’Ottawa.

De plus, les quais du REM compteront des portes palières s’ouvrant après celles du train afin de renforcer la sécurité des usagers et la fiabilité du service, a précisé le porte-parole Jean-Vincent Lacroix.

Le ligne de la confédération de l'O-Train

- Bâtie au coût de 2,1 milliards $ par un consortium comptant SNC-Lavalin et Alstom, également impliquées dans la construction et l’exploitation du REM de Montréal

- 454 jours de retard

- 34 tram-trains Citadis Spirit (le REM sera équipé de rames de métro léger automatisé Metropolis)

Dans la même catégorie