/news/society

Extinction Rebellion Québec lance une campagne de sociofinancement

Geneviève Paradis | TVANouvelles.ca

Le mouvement Extinction Rebellion (XR) qui s’est fait connaître des Québécois cette semaine avec le coup d’éclat perpétré par trois activistes qui ont escaladé la structure du pont Jacques-Cartier mardi aux aurores a lancé une campagne de sociofinancement.

À LIRE ÉGALEMENT

Extinction Rebellion cible l'Assemblée nationale

«Les partis ne vont pas assez loin», dit une porte-parole d'Extinction Rebellion Québec 

Avec la campagne gofundme, XR souhaite amasser 40 000$ pour acheter du matériel, louer des espaces de travail pour des réunions, conférences et formations, payer les frais liés aux outils informatiques, les assurances, et les frais de justice.

Déjà vendredi vers 11h, 131 personnes avaient donné 15 048$.

Joint au téléphone par TVANouvelles.ca, l’un des membres fondateurs de XR, Louis Ramirez a également souligné que des gens impliqués de près qui travaillent énormément sont «modestement payés». Avoir un meilleur financement pourrait leur permettre d’avoir des militants qui œuvrent à temps plein.

Onde de choc

«L’action de désobéissance civile de mardi sur le pont a provoqué une décharge électrique dans la population», explique Louis Ramirez qui voit cela d’un bon oeil.

L’organisation tente d’avoir notamment une analyse détaillée de tout ce qui s’est dit sur les réseaux sociaux cette semaine, afin d’avoir un portrait tangible de ce que perçoit la population.

Les équipes de médias sociaux du groupe ont été mises à rude épreuve en raison de la déferlante de commentaires, et souvent haineux, auxquels elles ont dû faire face, explique M. Ramirez.

«C’est dur pour les équipes de médias sociaux, on a eu des menaces, des messages de haine, des attaques numériques sur nos infrastructures, des attaques de ''spam'' dans nos courriels», détaille le membre fondateur.

Nouvelles actions

Le groupe a bien l’intention de continuer la mobilisation, comme les micros manifestations, les «swarms», qui n’impliquent pas de gestes de désobéissance civile.

Des campagnes d’affichages sauvages seront également mises en place.

Des messages du type : «OK - On reconnait qu’on est gossants. Juste pas autant qu’une inondation», seront apposées un peu partout pour faire passer le message. 

Des coups d’éclat forts de désobéissance civile sont-ils encore prévus?

L’organisation n’en dit pas un mot pour l’instant, mais a bien l’intention de faire grossir ses rangs au cours des prochains mois.

Dans la même catégorie