/news/society

Des infirmières préfèrent rester à la retraite

Héloïse Archambault | Le Journal de Montréal

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

L’appel de la ministre de la Santé, Danielle McCann, aux infirmières retraitées pour revenir donner un coup de main dans le réseau il y a six mois n’a pas donné de véritables résultats, a constaté Le Journal.

« C’était un appel qui n’allait rien changer du jour au lendemain », avoue Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), le principal syndicat d’infirmières au Québec.

« Quand elles partent, elles ne reviennent pas, ajoute Stéphane Cormier, président de la section locale de la FIQ dans Lanaudière. C’est un milieu de fous. »

Le 2 avril, la ministre McCann avait lancé un appel aux infirmières retraitées, en pleine pénurie d’employés.

« Revenez pour aider vos collègues ! On a besoin de vous ! » demandait-elle, en réaction à une journée provinciale des infirmières contre les heures supplémentaires obligatoires.

Six mois plus tard, les nombreux appels du Journal dans le réseau pour trouver des retraitées qui ont répondu au cri du cœur de la ministre n’ont donné aucun résultat.

Au ministère de la Santé et des Services sociaux, le service des communications écrit qu’il « est trop tôt pour qu’on puisse traduire ces effets dans nos données étant donné qu’elles ne sont pas encore disponibles. Nous devrions avoir un portrait plus précis à l’hiver. »

Appel politique

« C’était de la politique, croit Guy Brochu, président du syndicat des infirmières et infirmiers du Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Si tu fixes ta retraite au printemps, ce n’est pas pour passer ton été à travailler ! »

La plupart des infirmières qui continuent à travailler après leur retraite (souvent à temps partiel) sont motivées par la passion de leur métier. Mais très souvent, l’épuisement les pousse à partir pour de bon.

« Beaucoup ont dit : “Je ne reviens pas, c’est clair que je ne remets pas les pieds ici” », témoigne Pascale Clivaz, une infirmière auxiliaire retraitée qui continue à travailler (voir autre texte).

Par ailleurs, la FIQ constate que de plus en plus d’infirmières épuisées partent avant d’avoir leur pleine pension. Depuis 2013, le nombre de retraitées à l’emploi est en baisse constante.

Passer à l’action

Du côté de la FIQ, on attend impatiemment des annonces structurantes de la part de Mme McCann, cet automne, notamment l’imposition de ratios de patients. Mme Bédard rappelle que la ministre s’était engagée à éradiquer les heures supplémentaires, l’an dernier.

« Elle a assuré que les choses allaient changer, dit Mme Bédard. Elle a du rattrapage à faire. »

En avril, la ministre disait attendre « dans les prochains jours » un rapport précis sur les rehaussements de poste. Cinq mois plus tard, ce document n’est toujours pas disponible, répond le MSSS.

« Il va falloir qu’ils arrêtent d’attendre des rapports, réagit Mme Bédard. Je m’attends à des déclarations plus musclées que ça. »

Dans la même catégorie