/news/society

Une infirmière retraitée doit insister pour se faire réembaucher

Héloïse Archambault | Le Journal de Montréal 

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Une retraitée qui souhaitait retourner au travail a dû persévérer durant quatre ans avant d’être finalement réembauchée, en mai dernier, alors que la pénurie d’infirmières frappe tout le Québec.

« Je n’ai jamais eu de nouvelles ! jure Joane Turgeon, qui dit avoir appelé je ne sais pas combien de fois ».

Retraite à 60 ans

En 2015, l’infirmière a pris sa retraite du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ).

« Tous les jours, je partais avec deux repas, parce que je savais que j’allais rester [en heures supplémentaires]. J’avais 60 ans, j’étais épuisée des 12, 13 heures de travail. »

Or, la dame passionnée de son travail souhaitait être réembauchée comme retraitée, et travailler à temps partiel. Malgré la pénurie d’employés, elle était incapable de se retrouver un poste en obstétrique.

« Je n’ai jamais reçu un téléphone ! Ils avaient encore tout mon dossier », assure celle qui a aujourd’hui 64 ans.

Pour se désennuyer, Mme Turgeon a pris part à des campagnes de vaccination contre la grippe. Au printemps dernier, elle a lancé un ultime appel au CHUQ.

Après quatre ans de retraite, on lui a finalement offert un poste à trois jours par semaine à l’hôpital Saint-François d’Assise de Québec, en mai dernier.

D’ailleurs, Mme Turgeon déplore que personne ne semblait avoir été informé qu’elle souhaitait reprendre le boulot depuis des années.

« Tout mêlés »

« L’été passé, ils ont eu un été d’enfer ! Moi, j’étais ici et je me suis ennuyée », dit-elle.

« Ils sont tout mêlés, j’ai l’impression que c’est trop gros, avoue la doyenne de son département. Je suis passée à travers les mailles du filet. »

Actuellement, Mme Turgeon travaille trois jours par semaine, incluant une fin de semaine sur deux. Elle ne fait plus d’heures supplémentaires.

Ne pas s’épuiser

« J’ai passé l’âge. Des fois, ça serait tentant de me dire : ‘‘elles sont mal prises, je pourrais bien rester’’. Mais ce serait me tirer dans le pied, je vais m’épuiser. Ce n’est payant pour personne », dit-elle sagement.

Il ne fait aucun doute dans la tête de cette résidente de Lévis que sa présence est fort utile, et appréciée.

Quant à la « vraie » retraite, elle n’a pas d’objectifs précis.

« On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Ça dépend de la santé, de l’énergie, confie-t-elle. Mais je suis bien. La journée où je ne serai plus heureuse, je dirai bye-bye. »

Dans la même catégorie