/sports/homepage

David Mutai trop fort au Marathon de Québec

Roby St-Gelais | Agence QMI

Décidément, l’Ontarien David Mutai se plaît à courir en sol canadien. Le Kényan d’origine a complété une saison de rêve en ajoutant une septième couronne à son palmarès dans son pays d’adoption en remportant le 22e Marathon SSQ de Québec, dimanche, dans des conditions presque parfaites.

Mutai, 33 ans, avait survolé la compétition aux marathons de Rimouski, Edmonton, Winnipeg, Saskatoon, Mississauga et Waterloo plus tôt cette année. Dans les rues de Québec, il a affiché une fois de plus sa suprématie en l’emportant par six minutes sur le Français Vedrine David avec un temps de 2 h 25 min 31 s. Christian Mercier, de Québec, a terminé troisième.

À LIRE ÉGALEMENT

Une équipe médicale prête à intervenir

Si le vainqueur a dominé le petit monde de la course à pied au Canada dans les derniers mois, battant même un record vieux de 25 ans en Saskatchewan, il enfile ses espadrilles depuis déjà plusieurs années à travers le monde.

«J’ai apprécié, mais en matinée, il pleuvait beaucoup, a-t-il lancé en rigolant. J’ai couru dans les pays asiatiques pendant sept ans avant de décider de venir au Canada. Ma famille est encore au Kenya, je suis seul ici, et j’irai les visiter en décembre.»

La bière avant le vin

Venu à Québec par l’entremise de l’organisation Coureurs sans frontières en compagnie d’une quinzaine d’autres participants, Vedrine David a apprécié l’expérience au plus haut point. Et sa deuxième place a mis le point d’exclamation à un séjour inoubliable de cinq jours.

«Je ne voulais pas trop m’enfler la tête avec le fait de faire un podium, a répondu le coureur de 49 ans qui bénéficie de commanditaires pour vivre pleinement sa passion. Au 35e kilomètre, je savais que j’allais faire un podium. J’avais les jambes.»

Prévoyait-il célébrer avec une bonne bouteille de vin de sa terre natale? «De la bière, plutôt, et ce sera ma tournée générale!», a lâché l’homme qui œuvre au sein d’une chaîne de bricolage et de jardinage. Il participera au marathon de Dubaï en janvier.

Un résident heureux

Pour sa part, Mercier, un habitué des épreuves de 42,2 km, a redécouvert sa ville tout au long du parcours qui met en valeur les plus beaux attraits de la Vieille Capitale.

«Ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas couru à Québec, je dirais une quinzaine d’années, et c’était vraiment agréable. J’ai fait plusieurs marathons au cours des dernières années aux États-Unis, même à Ottawa et à Toronto, mais on n’a rien à leur envier», a souligné cet employé de la fonction publique québécoise.

«Un podium, à 45 ans, ça me rajeunit un peu et ça fait vraiment chaud au cœur. Je me sentais super bien. Je n’avais pas en tête de défaillances, je ne voulais que progresser et je me suis nourri de la foule.»

Environ 1200 personnes ont pris le départ du 42,2 km du Marathon SSQ.

Dans la même catégorie