/news/elections

Arrêtez les attaques personnelles

Antoine Robitaille | Agence QMI

Justin Trudeau, dans une activité électorale, avec un gilet pare-balles et entouré de policiers en habit de combat. Vous avez vu l’image troublante?

Pour qu’une opération policière du genre soit déclenchée, une menace fut considérée comme crédible. J’ai fait l'erreur de lire les commentaires au bas des articles sur le sujet.

Des déversements de méchanceté pure. Certains délires haineux.Je sais, c’est toujours comme ça. Et justement, ça fait partie du problème.

Fédérer les fous

À une certaine époque, avant l’internet, les fous déliraient seuls dans leur coin. Parfois, ils créaient des petits magazines qu’ils distribuaient laborieusement. Le web, le numérique et les médias sociaux, c’est formidable à bien des égards.

Mais il reste que ça fédère les fous dans leurs délires. Ça leur permet de se «crinquer» entre eux. Les théories du complot foisonnent. À en croire certains commentaires évoqués plus haut, Trudeau, hier, aurait tout manigancé afin de s’attirer la pitié des électeurs.

Dans la nouvelle donne créée par les médias sociaux, les politiciens -et tous ceux qui participent à la conversation démocratique- ont une responsabilité plus grande que jamais de mesurer leurs propos. Or, il y a une forte demande venant de leur base pour que les attaques à l’endroit des adversaires, lors des campagnes, soient percutantes, vitrioliques et très personnelles. Certains cèdent allègrement à ces demandes. Vous savez à quel politicien américain je pense ici...

L’attentat de 2012

Les chefs devraient éviter à tout prix d’aller sur ce terrain, car ainsi, ils en viennent à diaboliser leurs adversaires. Bref à nier leur humanité aux yeux des esprits les plus dérangés parmi leurs militants et sympathisants.

Les risques sont grands. En 2012, ici au Québec, une chef de parti nouvellement élue à la tête du gouvernement, Pauline Marois, aurait pu mourir dans un attentat politique perpétré par une personne dérangée proférant des propos qui font dans la diabolisation. Résultat: un mort et un blessé grave, ne l’oublions pas.

Justin Trudeau a eu raison hier de dénoncer la polarisation de l'arène politique actuelle. J’ai été troublé, lors des débats de la semaine dernière, par la teneur très personnelle de certaines attaques.Jagmeet Singh a beau être «sympathique», il ne s’en est pas privé, traitant sans vergogne Trudeau d’«hypocrite».

Quant au chef conservateur Andrew Scheer, il s’est livré à des attaques sans merci contre le chef libéral: «Menteur compulsif», «imposteur» qui ne «méritait pas de gouverner» le pays.

On a beau croire à la formule de Talleyrand selon laquelle «tout ce qui est exagéré est insignifiant», ces critiques risquent de laisser des traces, fomenter des haines.Les campagnes publicitaires des partis prennent souvent, à notre époque, des accents très négatifs, américains (en un sens péjoratif). Jeudi, un «groupe de pression» obscur a par exemple carrément acheté la une du «National Post» afin de dénigrer le chef libéral.Tout cela crée un climat délétère qui dégoûte l’honnête citoyen cherchant à s’informer.

Et «crinque» dangereusement les plus dérangés.